Invitation aux entreprises françaises: Quelle place pour le label béninois ?

 Invitation aux entreprises françaises: Quelle place pour le label béninois ?

Le président Patrice Talon a invité, mardi 30 août 2022, les investisseurs français à saisir les opportunités qu’offre son pays. Opportunité ou menace pour l’entreprenariat local ?

En séjour à Paris pour faire suite à la visite de son homologue Emmanuel Macron, le président Patrice Talon a lancé une invitation aux investisseurs français afin qu’ils viennent voir que son pays mérite bien leur intérêt. « Le climat des affaires a beaucoup évolué, ce qui fait du Bénin une excellente destination pour les investisseurs », a plaidé le chef de l’Etat.

Ce plaidoyer est fait à une époque où le pouvoir d’achat de plusieurs Béninois est en constante baisse. Depuis plus de deux ans, les prix des produits de toutes sortes connaissent une flambée que le gouvernement tente de maitriser avec plus ou moins de succès. Cependant, le Bénin n’est pas le seul pays qui subit les affres de l’inflation. Partout en Afrique et au-delà, le panier de la ménagère a du mal à être rempli, principalement pour deux raisons à savoir l’épidémie du Covid-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

En dépit de cette situation, l’environnement économique donne raison au président de la République à plusieurs égards. Le climat des affaires a connu une constante amélioration tout au long de ces 10 dernières années. Ainsi, par exemple, tout a été mis en place pour faciliter la création des entreprises et des mesures fiscales incitatives ont été adoptées au moment même où des infrastructures sont mises en place pour accueillir des entreprises étrangères. Le résultat de tout ceci est l’arrivée progressive d’investisseurs au nombre desquels des Chinois à la recherche de nouveaux débouchés pour leurs industries.

Dans ce contexte, il est pertinent de se poser la question de la contribution des entrepreneurs béninois, notamment dans les secteurs artisanal et agro-industriel. Car, il faut le dire franchement, le Label Béninois a du mal à exister. Ou s’il existe, il se caractérise généralement par la médiocrité, le laisser-aller tant dans la fabrication des produits que dans l’exécution des marchés. Tenez : lorsque vous commandez un produit personnalisé, l’artisan vous demande de verser une avance afin de lui permettre d’acheter les intrants. Une fois l’accord conclu, la livraison prend des délais et, à la fin, c’est un produit mal famé qui vous parvient.

Ceci n’est qu’un exemple mais qui traduit la réalité dans l’immense majorité des cas. Finitions approximatives, emballages peu attrayantes, absence de standards et de normes… tout frise l’amateurisme et amène le client à préférer les produits fabriqués à l’extérieur ou ceux manufacturés par les entreprises étrangères installées sur place.

Dans un pays où l’essentiel du tissu économique est constitué d’entreprises artisanales, les entrepreneurs locaux se doivent de se remettre en cause s’ils tiennent à ne pas voir leurs affaires péricliter suite à la concurrence extérieure. 

Pierre MATCHOUDO

Articles similaires