Driver Booster - Download Free for Windows 11, 10, 8, 7

Driver Booster: Free updater for Windows 11/10. Renew drivers for graphics, USB, audio, screen, network, printer, and mouse efficiently.!
Get it now for FREE !

Driver Booster Driver Booster Download

Crise de pipeline : Ce que le Niger et le Bénin perdent

 Crise de pipeline : Ce que le Niger et le Bénin perdent

Le président Patrice Talon a créé la surprise lundi 6 mai 2024 en décidant d’interdire le chargement du pétrole nigérien à partir du terminal de Sèmè-Podji comme cela était convenu dans les conventions régissant le Bénin et le Niger. Cette mesure a été prise en réponse au refus des autorités de Niamey d’ouvrir les frontières entre les deux pays. Si cette décision de rétorsion a eu pour effet de rendre davantage tendues les relations entre les deux pays, il reste surtout que c’est là un bras-de-fer qui coûte beaucoup d’argent aux deux parties.

Après avoir découvert le pétrole dans la partie désertique de son territoire, le Niger a fait appel aux Chinois pour son exploitation. Mais étant enclavé, il fallait trouver une solution pour le transporter jusqu’au port le plus proche. C’est ainsi qu’un accord de construction d’un pipeline a été signé en 2019 par les deux parties. D’une longueur de près de 2 000 Km, dont 675 Km sur le territoire béninois, le pipeline Bénin/Niger a été l’œuvre de la société chinoise China National Petroleum Corporation (CNPC) pour un coût global initial de 4,5 milliards de dollars, soit 2 730 milliards FCFA que le Niger doit rembourser.

Conscients de l’importance du pipeline pour l’économie du Niger et subsidiairement celle du Bénin, les négociateurs de l’accord ont pris toutes les précautions pour prévenir toute interruption du transport du brut. Mais c’était sans compter avec le coup d’Etat militaire intervenu en juillet 2023 à Niamey et les sanctions subséquentes.

La capacité de production du pétrole par le Niger est estimée à 90 000 barils par jour. Selon le système de partage, le Bénin perçoit un droit de transit de 0,50 dollar par baril soit 45.000 dollars par jour. Sur une durée de 1 mois, les pertes pour l’économie béninoise seront de 1.350.000 dollars soit 810 millions de francs CFA.

La redevance que perçoit le Bénin est fixe alors que le prix du baril fluctue en fonction des aléas du marché international. Actuellement ce prix est de 80 dollars. Ainsi, avec le blocage du pipeline, les recettes perdues sont de 7.200.000 dollars soit plus de 129 milliards de francs par mois. Le Niger est censé percevoir 20% de cette manne financière ce qui revient à une perte mensuelle de près de 26 milliards pour l’économie de ce pays qui pourtant a tant besoin de cet argent.

Les autorités issues du putsch militaire au Niger semblent minimiser l’impact de cette crise, arguant que cela ne regarde que le Bénin et les entreprises chinoises partenaires dans l’extraction du pétrole. Une posture qui s’explique en partie par le fait que le Niger a obtenu a prêté 400 milliards de francs comme avance sur les recettes issues de la vente du pétrole, mais qui traduit le refus continue de ces autorités de parler à leurs homologues béninoises. En dépit de cette avance sur recettes, le Niger risque de perdre gros si la crise ne trouve pas une issue favorable dans les meilleurs délais.

Pierre MATCHOUDO

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *