Présidentielle 2021: Le silence inquiétant des OSC

 Présidentielle 2021: Le silence inquiétant des OSC

Jadis aux premières lignes dans la marche vers les élections au Bénin, les Organisations de la Société Civile (OSC) sont, pour la plupart, devenues quasiment muettes à quelques semaines de l’élection présidentielle malgré les voix discordantes.

Les OSC, surtout celles qui se veulent politiques, ont pour rôle, entre autres, de veiller au bon déroulement des élections. Pour y parvenir, elles rencontrent les divers acteurs, organisent des médiations lorsque cela est nécessaire et réclament que règnent l’équité, la justice et la transparence. L’objectif de tout ceci est de contribuer à des élections libres et transparentes. Dans ce cadre, la Plateforme électorale des OSC (Peosoc) a exprimé, le 27 janvier 2021 ses préoccupations à propos de la présidentielle d’avril et mai prochains. Au nombre de huit, ces préoccupations sont relatives au risque de la perturbation de la paix découlant de l’application des textes régissant le processus électoral.

Mais la voix de cette organisation est restée peu audible lorsqu’on se souvient de l’activisme qui caractérisait les OSC à l’approche des élections, particulièrement durant les mandats des présidents Mathieu Kérékou et Yayi Boni. Ces organisations ont même parfois réussi à se faire recevoir par le président de la République auxquelles ils ont posé des exigences et obtenu gain de cause. Elles ont réussi à faire accepter leur implication tant dans les préparatifs des scrutins mais aussi dans le déroulement que dans la gestion des conflits post-électoraux. Tout ceci a permis le maintien de la paix et de la renommée du Bénin alors considéré comme l’un des pays africains les plus démocrates.

Aujourd’hui, les OSC ne font qu’un service à minima. Plus de débats publics à foison, plus de tournées de sensibilisation des citoyens… même la présence dans les médias se fait discrète et les interventions, pour la plupart, sont feutrées. Il faut dire qu’entre temps, de l’eau a coulé sous les ponts. Nombre d’acteurs poignants des OSC sont aujourd’hui du côté du pouvoir voire même dans le pouvoir pour certains. Et, comme le dit l’adage, le médecin ne s’applique pas toujours le remède qu’il applique à ses patients. Reconnues comme virulentes, les OSC dont les leaders sont aujourd’hui des gouvernants n’ont plus de leçons à donner à qui que ce soit, ces leaders s’étant parfois révélés être le contraire de ce qu’ils prônaient.

De leur silence découlent plusieurs interrogations. Comme l’a dit Albert Einstein “Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire”. Hier, les Osc ont choisi la présence. Et cette fois-ci est-ce la stratégie du silence ? De toute façon, le peuple béninois est bien conscient de l’enjeu.

24 vues

Articles similaires