Gouvernance électorale en Afrique en période de pandémie: L’appel de Boni Yayi à l’UA

 Gouvernance électorale en Afrique en période de pandémie: L’appel de Boni Yayi à l’UA

L’ancien président de la République du Bénin, Boni Yayi à travers un post sur Facebook a convié l’Union Africaine à agir davantage pour consolider la paix en période électorale en Afrique.

A travers son message, l’ancien président de l’Union Africaine a évoqué les problèmes récurrents pré, pendant et post électoraux. Ces périodes qui ne font qu’un avec violence, rébellion, décès. Des évènements qui ne permettent pas un  développement dans notre continent. Les morts causés par ces différents conflits électoraux selon lui seraient supérieurs aux décès engendrés par la Covid 19 en deux ans.

Au regard de tout ceci, il a effectué certaines propositions. “En ma qualité  d’ancien Président de l’Union Africaine, je voudrais respectueusement demander à cette Institution dont le Leadership doit être renforcé, de proposer à  nos chefs d’Etat et de Gouvernement des réformes en vue d’une convergence de nos constitutions et processus électoraux pour servir  de normes et de références communes pour nos États. La montée des conflits électoraux et le COVID19 ainsi que leurs impacts deviennent de plus en plus  des défis à  relever  dans la marche de cette Afrique des Peuples vers l’émergence politique,  démocratique,  économique, sociale, sécuritaire et solidaire. Or cette émergence ne peut avoir lieu dans un contexte non démocratique et de violation répétées des droits de l’homme et des libertés fondamentales.”

A l’en croire, des libertés qui doivent être défendues grâce à certaines aptitudes à adopter. “Un état de veille permanent, un dialogue politique franc et le consensus des Forces Vives au sein de nos nations, y compris nos Sociétés Civiles, ne peuvent  que renforcer les acquis démocratiques et les progrès sociaux, économiques envisagés sur le continent au cours des 10 dernières années.” a-t-il martelé.

Il poursuit en suggérant de dynamiser l’Union Africaine en rendant ses institutions plus fortes et au service de l’Afrique. “Le renforcement des  mécanismes et instruments juridiques tels que le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs, la Cour Africaine des Droits  de l’Homme et des Peuples et ses différents protocoles additionnels ainsi que les normes internationales méritent d’être revisités en vue de cette réforme de convergence constitutionnelle et électorale contraignante pour mettre fin à la destruction de nos sociétés  communes pour cause de gouvernance électorale.”

Un post de l’ancien chef de l’État qui intervient dans un climat au Bénin où une frange de l’opposition dit être écartée délibérément de l’élection présidentielle d’avril 2021 pour raison d’absence de parrainage.

Léonard SONEHEKPON

14 vues

Articles similaires