Une décennie après son existence : L’Alliance Globale du Karité en mode redevabilité

 Une décennie après son existence : L’Alliance Globale du Karité en mode redevabilité

Dix ans dans l’existence d’une association est une grâce. Et cela mérite d’être célébré. C’est donc à juste titre que l’Alliance Globale du Karité a profité de sa conférence annuelle pour commémorer l’événement. C’est également l’occasion pour les responsables pour faire le bilan de la décennie d’activités.

Pendant trois jours (du 27 au 29 Avril 2021),  les  acteurs de la filière karité réunis au sein de l’Alliance Globale du Karité ont à travers une visioconférence fait le tour d’horizon des différentes actions menées depuis dix ans. De l’amélioration  des moyens d’existence des groupements de femmes exerçant dans la filière à la restauration des parcs dégradés en passant par l’expansion des marchés et  la mise en place des initiatives pour accroître les arbres, le bilan est élogieux courant les dix dernières années. Les chiffres avancés courant la présentation du bilan en disent long. Aussi ont-ils profité de l’occasion pour définir les perspectives pour de meilleurs résultats les années à venir. Le thème autour duquel se tient la conférence annuelle couplée avec la fête des dix années d’activités du creuset  s’intitule «  Construire l’industrie de la prochaine décennie ». Un thème qui justifie la place prépondérante qu’occupe la coopération mondiale pour aboutir à une industrialisation qualitative et quantitative du karité dans le monde entier. D’autres thématiques sont au menu de la célébration. Entre autres on peut citer « les perspectives de la demande à l’ère de la COVID-19 », « la restauration des parcs à karité », « de nouvelles réglementations qui influencent l’industrie »,…. Plusieurs groupements de femmes, des ONGs et bien d’autres acteurs mondiaux de la filière karité participent à la conférence. Loin d’être un creuset d’échanges et de réflexions, cette conférence statutaire permet à 35 petites et moyennes entreprises de quatre pays africains (Mali, Bénin, Burkina-Faso et Togo) de mettre la lumière sur leurs capacités d’activités à travers une foire virtuelle.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *