Sèmè City : 11 accords validés sous les regards d’Emmanuel Macron

 Sèmè City : 11 accords validés sous les regards d’Emmanuel Macron

La visite d’Emmanuel Macron au Bénin n’avait pas qu’une connotation politique et militaire mais bien au-delà. Après les protocoles avec le chef de l’État béninois, le président français a échangé avec les jeunes sur la nouvelle vision française en termes d’appui au Bénin, à la Cité internationale des innovations et du savoir Sèmè City de Cotonou. Sous les regards très, 11 conventions ont été signées par Sèmè City et des partenaires étrangers.

La nuit du mercredi 27 juillet restera particulière dans la mémoire de quelques jeunes béninois. Ils ont eu l’occasion de pitcher leurs idées devant le président français en visite au Bénin. Les uns et les autres ont également posé les difficultés qui plombent les possibilités de réussite. « Sèmè City est née en 2016 pour répondre à un besoin. Celui de combler le déficit de ressources humaines dans les domaines de l’énergie du tourisme, des infrastructures, la santé et l’industrie de pointe » a indiqué sa directrice générale Claude Borna. Un problème accentué par la fuite des cerveaux, l’immigration clandestine vers l’Occident « Nous à Sèmè City, ce sont des enjeux qui nous préoccupent et qui nous motivent »,  a-t-elle fait savoir. D’où la mise en place de curricula de formations professionnelles, techniques et surtout innovantes, plus courtes qui donnent accès directement au savoir et à l’employabilité. « La dynamique est fortement accompagnée par l’Agence Française de Développement et ce n’est pas Hebert Vierra, portofolio, manager à AFD qui dira le contraire ».

La présentation de l’ambition du Bénin a subjugué le président français qui constate avec émerveillement que les visions des deux pays cadrent dans la même dynamique. « Notre volonté, c’est d’accompagner ce mouvement qui est de former ici la jeunesse, de la former aux besoins de l’économie du Bénin, de la sous-région, réussir dans le même temps à la former à la recherche fondamentale, à l’excellence scientifique parce que c’est bon pour l’écosystème d’innovation et de création » a confié Emmanuel Macron. Une stratégie qui permettra à terme de réussir à voir régler deux problèmes en un. Disposer de la compétence sur place mais aussi limiter les fautes des cerveaux même si le nº1 français semble ne pas vouloir l’exprimer ainsi. « Je considère que le rôle de la France n’est pas d’expliquer à la jeunesse africaine que son avenir, si elle le veut, est d’accéder à un circuit universitaire sur le sol français. Ce qu’on est en train de faire, c’est un vrai modèle de partenariat réciproque, équilibré. Nous donnons la possibilité à la jeunesse béninoise, mais avec une volonté d’avoir un emploi régional. Vous aidez à former ici tous les jeunes de la région » a lancé le dirigeant français aux étudiants.

Pour ce faire Sèmè City a signé 11 accords de partenariat de recherches et d’innovation avec des universités et des entreprises d’envergure internationale. On note l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le Groupe École centrale, Gobelins, l’Ecole Ducasse, Sorbonne Université. Le but est d’initier des modules de formations adaptées aux  besoins des entreprises locales et de la sous-région ouest-africaine.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires