Camp Renaissance Basket-ball : Objectif atteint

 Camp Renaissance Basket-ball : Objectif atteint

C’en est terminé pour l’édition 2022 du Camp de la légion d’honneur organisée par Renaissance Basketball Club 2022. Durant cinq jours, le terrain de basket-ball du centre sportif Soweto, sis à Dédokpo a été pris d’assaut par les passionnés de la balle au panier de 13 à 17 ans.

Ils étaient 52 filles et garçons à prendre part au camp 2022. Sous la houlette de l’instructeur Pierre Tonon, qu’on ne présente plus, la cinquantaine d’enfants s’est frottée aux fondamentaux du Basket-ball. Des notions de connaissances individuelles offensive et défensive, aux premières notions collectives, tout a été passé au peigne fin par l’encadrement mis en place. Le Camp de Basket-ball Renaissance 2022, c’est aussi du partage d’expériences. Les joueurs de l’équipe senior de RBBC sont passés faire quelques entretiens et montrer de petites astuces à leurs jeunes frères. A noter également le passage de l’arbitre international Silver Jacques Houngbédji qui s’est entretenu avec près d’une soixantaine de participants dont l’âge

Comme il est souvent de coutume, la dernière journée du camp est bouclée par le All stars Game qui réunit les meilleurs du regroupement. Les enfants ont eu la grâce d’échanger avec l’ancien pivot de Renaissance Basketball Club, le béninois Mouphtaou Yarou. Le joueur de l’Étoile sportive Saint-Michel Le Portel Côte d’Opale (France) a partagé quelques moments de son histoire avec ses stagiaires. Aux dires de l’ensemble des participants Osseni kismath, 16 ans, le camp leur a été très bénéfique. « J’ai appris à faire les passes et jouer en équipe » a particulièrement précisé Ishak Gbadamassi. Le fait d’alterner le jeu et des divertissements a beaucoup plus à une. « J’ai joué et je me suis aussi fait d’autres amis et on s’est un peu amusé » dit-elle toute joyeuse.

Objectif atteint selon la vice-présidente de Renaissance BBC. « Nous rendons grâce à Dieu. Le camp s’est bien déroulé. D’après ce que les coachs et les enfants m’ont dit et avec ce que j’ai vu, il y a de quoi être contente » se satisfait Djemilath Anjorin. Rendez-vous en 2023 pour une nouvelle cuvée d’apprentissage.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires