Séance de travail au cabinet du ministre d’Etat au sujet des aspirants : Plusieurs décisions prises mais…

 Séance de travail au cabinet du ministre d’Etat au sujet des aspirants : Plusieurs décisions prises mais…

Dans le cadre du processus de dénouement de la situation de crise relative aux Aspirants au Métier d’Enseignement (AME), une séance de travail a eu lieu, vendredi 30 octobre 2020, au Cabinet du ministre d’Etat. Elle a connu la participation des ministres Abdoulaye Bio Tchané et Kakpo Mahougnon ainsi que des secrétaires généraux de la CSA-Bénin, de la CGTB, de la COSI-Bénin, de l’UNSTB, de de la CSUB et la CSPIB. Plusieurs décisions sont issues de cette rencontre même si tous les problèmes n’ont pas encore trouvé solutions.

Patrice ADJAHO

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour. Le règlement de la situation des aspirants et celui du quota horaire. A en croire la synthèse des échanges faite par les secrétaires généraux, 9279 aspirants ont été officiellement déployés depuis septembre dernier. A la date du mardi 27 octobre, 8738 ont pris effectivement service, soit 94% de l’effectif attendu. Selon eux, l’évaluation des besoins, toutes disciplines confondues révèle 4116 postes à pourvoir qui seront recherchés dans le recours aux aspirants en poste l’an dernier et ne figurant pas dans la base de données, soit un effectif de 1310. Cette liste, à en croire la synthèse sera complétée par  le déploiement de 788 enseignants sur les  981 qui ont réussi au dernier test organisé en 2020. Au total, une liste de 2098 aspirants sera déployée et les concernés devront prendre service dès ce lundi 02 novembre 2020. Cette liste supplémentaire porte l’effectif des aspirants en poste à 11378 enseignants.

Situé sur la route des pêches

Cependant, il reste des postes en mathématique et en EPS qui ne sont pas couverts faute d’enseignants disponibles dans ces deux disciplines dans la base de données. Sur ce sujet, les responsables syndicaux ont rejeté la proposition du ministre de l’enseignement secondaire de faire couvrir les heures en mathématique par les heures supplémentaires accordées aux fonctionnaires, ACE et aux gestionnaires comptables des établissements secondaires. Ils ont également rejeté la solution inadmissible de doter uniquement les classes d’examen en professeurs d’EPS et de sacrifier les classes intermédiaires. En lieu et place de ces solutions inadmissibles, les responsables syndicaux ont rappelé au gouvernement la disponibilité en nombre suffisant d’enseignants formés aussi bien en mathématique et en EPS qui pour diverses raisons ne figurent pas dans la base de données mais ont été bien formés dans les écoles normales. Ils ont demandé au gouvernement de procéder très rapidement à leur recrutement exceptionnel  pour couvrir toutes les heures de mathématiques et d’EPS. Une proposition que le ministre Abdoulaye Tchané a convenu de la pertinence de cette suggestion des syndicats et a pris l’engagement au nom du gouvernement de l’examiner très rapidement en conseil des ministres.

Situé sur la route des pêches

Quid des nombreux cas d’omission et du quota horaire…

Les organisations syndicales ont également attiré l’attention du gouvernement sur les nombreux cas d’omission contenus dans les deux listes publiées par le Ministère de l’enseignement secondaire. Ils ont étayé leur accusation par des preuves de noms figurant dans la base de données et non déployés à ce jour. Sur cette question, il a été retenu que le ministère instruise très rapidement les DDESFTP pour collecter et communiquer l’ensemble des cas signalés qui seront systématiquement corrigés. Les organisations syndicales ont été invitées à faire remonter au ministre tous les cas en leur possession. La question du quota horaire a été abordée et le gouvernement a retenu finalement 26 heures de cours effectif et 2 heures d’Animation Pédagogique pour les aspirants. Les responsables syndicaux ont insisté pour que le quota n’excède pas 24 heures de cours effectif.

VIN-SPIRITUEUX

Notons qu’en ce qui concerne la question de la signature des contrats et le retard accusé par les services d’ANPE, les syndicats ont exigé l’accélération et l’allègement de la procédure de même que le, paiement des salaires aux intéressés qui sont en poste depuis deux mois au MEMP comme au MESFTP. Le gouvernement a pris l’engagement d’obtenir cette mesure de paiement du Ministère de l’économie et des finances.

1 vues

Articles similaires