Réseaux sociaux et arnaque: Les jeunes se prononcent

 Réseaux sociaux et arnaque: Les jeunes se prononcent

L’évolution  de la technologie a permis la mise au point de plusieurs outils comme les réseaux sociaux qui permettent d’améliorer les relations sociales, la communication des entreprises et des organisations. Mais au même moment, ces outils sont utilisés par des personnes mal intentionnées pour arnaquer.

« L’arnaque est un acte vraiment déplorable car étant jeune la priorité doit être le souci d’un développement meilleur », déplore Constantine Tandé, étudiante en première année de journalisme audiovisuel à ISMA. Selon elle, les réseaux sociaux doivent être des outils concourant à l’amélioration de la visibilité pour des fins positives. « Malheureusement, cette conscience dont nous devons faire preuve est en train de laisser place à de la malveillance », regrette-t-elle avant  d’inviter les jeunes à prendre conscience de l’importance et de l’utilité de ces nouveaux canaux de communication et qu’ils les utilisent de façon responsable ».

À l’instar de Constantine, Franck, élève en classe de terminale D, pense que les réseaux  sociaux ne sont pas faits pour se distraire, ni communiquer. Pour lui, ils sont une arme contre l’Occident.  L’arnaque ? « Je ne trouve pas en quoi cela est mauvais », affirme-t-il. Au contraire, selon lui, les jeunes qui utilisent les réseaux sociaux pour faire de l’arnaque sont à féliciter : « Le fait d’arriver à convaincre un simple inconnu pour qu’il t’envoie des centaines de milliers ou des millions de francs est un talent ». Il reste convaincu que les jeunes ont vu le canal idéal pour se venger.

Le Code du numérique de la République du Bénin considère l’arnaque par voie électronique comme de la cybercriminalité et puni de lourdes peines de prison et d’amandes conséquentes toute personne coupable de ce crime. Andronicus, étudiante en troisième année de licence professionnelle en langue chinoise est du même avis. Elle tempère toutefois en affirmant que les réseaux sociaux sont aussi là pour « nous aider à créer nos propres business et non pour l’arnaque ».

gasquiyani.info

Ornella Immaculée DODJEDE est étudiante en troisième année d’assistant de direction à  l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM). Selon elle, cette pratique à laquelle se donnent les jeunes en utilisant les réseaux sociaux n’est pas du tout à encourager : « Ce que les jeunes comme moi font des réseaux sociaux n’est pas une bonne chose. Je veux parler de l’arnaque sous toutes ses formes. C’est malhonnête et irresponsable d’user du faux et ce qui m’écœure, c’est qu’ils appellent ça de l’intelligence ». Pour elle, ceux qui arnaquent via les réseaux sociaux sont aussi coupables de « l’usurpation d’identité, d’usage de faux, de malhonnêteté… toutes choses illégales. Ils se disent intelligents, ce qui est de l’ignorance ». Selon elle, « L’argent facile n’existe pas. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’idées aussi créatives qu’innovantes pour gagner légalement même sur internet. Internet et réseaux sociaux sont des facilitateurs pour notre génération ».

Mahuna Abdiaste AHITCHEME (Stag)

5 vues

Articles similaires