Réconciliation TALON TAWES: La paix des braves

 Réconciliation TALON TAWES: La paix des braves

L’un des plus farouches opposants de Patrice TALON, le colonel Pascal TAWES vivant aux États-Unis, a rendu visite au président dans la matinée du mardi 16 Mars 2021. Une rencontre, signe d’une entente retrouvée entre les deux hommes.

Opposant redoutable et redouté parce qu’ancien officier de l’armée connu pour son courage, le colonel TAWES était en audience chez le président TALON. Un acte de bravoure qui a surpris tous les observateurs de la scène politique béninoise. En effet, le colonel TAWES qui a fait trembler l’ancien président Nicéphore SOGLO dans les années 90 est réputé pour son franc- parler. Lorsqu’il n’est pas d’accord avec la gouvernance de ses chefs, il le dit haut et fort, menaces à l’appui. L’arrivée au pouvoir du président TALON en 2016 a été l’occasion, pour cet officier, de reprendre du service au point où il fut soupçonné de vouloir organiser un coup d’Etat en 2020. L’affaire avait alors fait grand bruit mais à la faveur de la réconciliation qui a eu lieu cette semaine, le colonel TAWES a rejeté les faits.

En cette période de fin de mandat tumultueuse, le président TALON a besoin, plus que jamais, de sérénité pour mener à bien sa campagne électorale. Ce qui ne peut se faire tellement il y a d’opposants farouches. Après avoir gagné à sa cause le plus « craint», il reste néanmoins de nombreux autres dont la capacité de nuisance n’est pas à négliger. Ne dit-on pas que la meilleure victoire, c’est lorsque vous transformez votre ennemi en allié ?

Eu égard à cela, il serait profitable pour le président TALON de prendre langue avec les opposants, en commençant par ceux qui sont en exil. Certes, il serait illusoire de penser que tous finiront par emprunter le même chemin comme TAWES, mais ce serait déjà une grande victoire s’il réussissait à se réconcilier avec une partie de ces citoyens mécontents. Il serait aussi profitable que la même démarche soit menée en direction des opposants présents sur le territoire national, qu’ils soient en liberté ou non.

La politique au Bénin a toujours été un jeu dans lequel les inimitiés ne sont jamais définitives. L’on se rappelle que, sous le président KEREKOU, Me Adrien HOUNGBEDJI a été condamné à mort par deux fois mais il a fini par devenir le Premier ministre de ce même général Mathieu Kérékou. D’autres opposants eux aussi condamnés à mort ou contraints simplement à l’exil, ont fini par participer à la gestion du pays aux côtés de leur ancien bourreau.

C’est donc une tradition au Bénin que les acteurs politiques dépassent leurs clivages et s’allient pour mieux gouverner le pays. Et c’est sûrement de cette tradition que s’est inspiré le président TALON pour accepter la démarche que TAWES et, qui sait, bientôt d’autres opposants pourraient faire de même.

Damien TOLOMISSI

28 vues

Articles similaires