Promotion de l’agriculture à Natitingou: Un projet innovateur pour les jeunes

 Promotion de l’agriculture à Natitingou: Un projet innovateur pour les jeunes

La salle de délibération de l’ex CPR de Natitingou a servi de cadre la semaine écoulée aux ateliers communaux d’information. Au cours de ces assises, le projet Emploi des Jeunes pour une Amélioration de la Sécurité Alimentaire au Nord Bénin a été présenté à l’autorité communale et aux acteurs concernés par ledit projet.

Quatre filières sont concernées par le projet dont notamment, le maraichage, le soja, les petits ruminants et les volailles. Pour le compte de l’Atacora, le projet interviendra dans quatre communes. Il s’agit des communes de Natitingou, Tanguiéta, Matéri et Boukoumbé. Au total, trois milles quatre cent (3400) jeunes dont les perspectives d’accès aux opportunités économiques sont limitées, vont bénéficier de ce projet. A cette occasion, les membres du comité communal de sélection OYE (CCS-OYE) ont été présentés.

A caractère agricole, ce projet vise principalement d’après les partenaires techniques au développement à augmenter les revenus et la productivité des jeunes travaillant dans l’agriculture grâce à une gestion agricole résiliente au climat et à un environnement institutionnel plus favorable.

Fiancé par l’Organisation Néerlandaise de Développement, sous le financement de l’ambassade du Royaume des Pays-Bas près le Bénin, le projet EJASA-NB a déjà démarré depuis octobre 2020 pour une phase pilote qui prendra fin en décembre 2022. Présent au lancement de cette activité, le maire de la commune de Natitingou, Monsieur Taté OUINDEYAMA, n’a pas manqué de dire sa gratitude aux porteurs de ce bon projet qui, selon lui mettra les jeunes désœuvrés au travail. 

A noter  que, la SNV est présente dans vingt-six des pays les plus pauvres d’Asie, d’Amérique Latine et d’Afrique dont le Bénin ou elle intervient depuis 1970. Les conseillers de la SNV travaillent avec des partenaires locaux en les dotant d’outils, de connaissance et du réseautage dont ils ont besoin pour briser le cycle de la pauvreté et conduire leur propre développement.

ADOUKONOU Géraud

3 vues

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *