Programme de gouvernance : Sacca Lafia oublié!

 Programme de gouvernance : Sacca Lafia oublié!

L’un des ministres les plus importants du gouvernement peine à aller dans son village faute d’une route directe praticable. Ce que ne promet pas pour l’heure de remédier le gouvernement Talon -Talata de 2021-2026.

Fidèle parmi les fidèles, Sacca Lafia a été récompensé par le président Talon qui a fait de lui son ministre de l’Intérieur durant les cinq dernières années. L’homme qui, sous le président Yayi Boni avait géré le département de l’énergie et, partiellement, la construction de la centrale électrique de Maria Gléta, avait fini par se brouiller avec l’ancien chef de l’Etat. Ce qui lui a marché compte tenu de la place hiérarchique qu’il occupe dans le gouvernement actuel.

Son nom avait été cité parmi les prétendants au poste de vice-président du candidat Patrice Talon. Mais, au final, c’est sa suppléante à l’Assemblée nationale, Mariam Chabi Talata, qui fut choisie. Il ne reste néanmoins qu’il demeure l’un des privilégiés de la République sous l’actuel président. Quoi qu’il advienne aujourd’hui, il ne peut légitimement tourner le dos à Patrice Talon qui l’a hissé et maintenu au sommet de la République.

Mais, comment en retour, ce fils de Pèrèrè, dans le Borgou, est perçu par ses électeurs ? A une fierté incontestable de le voir parmi les décideurs de la Nation, les populations de sa commune attendent des retombées qui… semblent ne jamais venir. Pèrèrè est l’une des villes les plus enclavées du Bénin. Située quelque part entre N’Dali, Nikki et Parakou, elle n’a pas la chance d’être desservie par une importante route. Il y a une décennie, s’y rendre était un véritable calvaire alors qu’elle était située à seulement 7 kilomètres de l’axe N’Dali – Nikki. Le gouvernement de Yayi Boni avait fini par bitumer cette petite bretelle quand bien même le leader politique de la localité s’était plutôt positionné dans l’opposition après avoir perdu son poste de ministre de l’Energie.

Si ce tronçon routier facilite quelque peu la vie des habitants de Pèrèrè, la meilleure route reste celle reliant cette ville à Parakou la métropole du nord située seulement à environ 70 kilomètres au sud. Une route directe existe, mais celle-ci a été tracée par les colons avant les indépendances et, depuis, aucun gouvernement ne s’est jamais préoccupé d’en faire une voie vraiment praticable. Conséquence, il faut aujourd’hui des heures pour parcourir cette distance, ou alors faire un grand détour et passer par N’Dali.

Depuis l’époque du président Nicéphore Soglo (1991-1996), la réalisation des infrastructures est devenue l’un des critères les plus importants pour juger, apprécier la capacité de lobbying des leaders politiques locaux et de l’utilité des gouvernements de façon générale. Mathurin Nago, président de l’Assemblée nationale sous Yayi Boni, avait montré qu’il sait insister et obtenir ce qu’il voulait pour ses électeurs. Il avait haussé le ton face au non refus du bitumage d’une bretelle de route conduisant à Bopa, sa ville. Des fonds complémentaires avaient été d’urgence mobilisés à cet effet.

Pierre MATCHOUDO

47 vues

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *