Présidentielle 2021: Les projets de société scrutés

 Présidentielle 2021: Les projets de société scrutés

La campagne électorale a commencé mais, au-delà des déclarations des candidats, peu d’électeurs potentiels ont vu les programmes d’actions de gouvernance à mettre en œuvre par les candidats au cas où ils venaient à être élus. Gaskiyani Info a obtenu pour ses lecteurs les programmes des trois duos de candidats. En attendant d’apprécier le fond, nous nous sommes intéressés à la forme de ces documents.

“Les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient”, a-t-on l’habitude de dire. Le contenu d’un programme de candidat n’a donc que la valeur d’une promesse sans réel engagement. Cependant, la manière dont ces promesses sont présentées aux électeurs, le soin accordé à ces documents, est un indicateur qui permet de juger du sérieux de leurs auteurs.

Intitulé “Le développement, ça y est”, le programme Talon-Talata est un document de 52 pages, bien illustré et très aéré. Il est reparti en 26 titres, ce qui rend aisées la recherche et la lecture. Le candidat Talon réédite ainsi sa performance d’il y a cinq ans, son programme concocté en 2016 étant tout aussi clair et facile à lire.

Patrice Talon, qui a dirigé le Bénin ces cinq dernières années, ne pouvait faire des promesses sans se référer à son bilan. Aussi, la présentation des promesses dans chaque domaine est-elle précédée d’une liste de réalisations.

La seule chose à reprocher à ce programme d’action est le manque de comparaison entre les promesses contenues dans le programme de 2016 et les réalisations concrètes. Cela aurait permis d’avoir une idée pointue sur ce qu’il n’a pas été fait.

Autre document aussi fourni, c’est le programme d’action du duo Alassane Djimba – Paul Hounkpè. D’une soixantaine de pages, ce document intitulé “Les Béninois construisent le Bénin par consensus” est divisé en quatre parties. Cela fait de lui un document peu compréhensible. En effet, le lecteur est obligé de parcourir le contenu avant de retrouver ce qu’il cherche, contrairement à celui de Talon. Par ailleurs, comme s’ils craignaient de ne pas être connus des électeurs, les auteurs se sont sentis obligé d’inclure la biographie des candidats. Si l’on ajoute à cela le message du président en introduction, on a l’impression qu’il y a comme un culte de personnalité.

Le troisième programme est celui du duo Corentin Kohoué et Irénée Agossa. Moins volumineux, “Restaurer la confiance” ne compte que 24 pages qui sont une collection d’intentions. Très concis, il se lit facilement. Mais son péché, c’est qu’il donne l’impression d’un document rédigé dans la précipitation. En témoigne, les fautes de français qui s’y sont glissées.

 Pierre MATCHOUDO

24 vues

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *