Présidentielle 2021 : Les leaders religieux pour la préservation de la paix

 Présidentielle 2021 : Les leaders religieux pour la préservation de la paix

Face à la montée de la tension au Bénin à l’approche de l’élection présidentielle, les leaders d’opinion ont un grand rôle à jouer.

Jamais suspense n’a été aussi grand quant à l’issue d’une élection présidentielle au Bénin depuis le retour de la démocratie il y a trois décennies. Avec trois candidats en lice, il est presque certain que le sortant, à savoir le président Patrice Talon rempilera tant ses adversaires semblent ne pas faire le poids. Le suspense est donc ailleurs. En effet, depuis l’introduction du système de parrainage pour les candidats, la tension a  commencé à monter dans le pays, les opposants ayant vu en cette initiative une manière de leur barrer le chemin de la présidence. Les positions se sont radicalisées suite à l’invalidation, le 12 février 2021 de près de 20 candidatures, principalement pour défaut de parrainages requis. Depuis, la candidate de l’opposition la plus en vue est en détention provisoire et la sécurité renforcée dans des localités réputées proches de l’opposition.

Pendant ce temps, des responsables de l’opposition brandissent la menace de destitution du président de la République le 6 avril prochain, date à laquelle son mandat devait prendre fin. En effet, ledit mandat a été prolongé de quelques semaines en vue de mener à terme le processus électoral, ce que l’opposition est loin d’accepter. Par ailleurs, le parti Les Démocrates et leurs alliés refusent d’accepter l’invalidation des candidats, ce qui risque de conduire à un boycottage actif de l’élection.

La menace à la paix est donc réelle, d’autant plus que l’opposition draine la frange de la population mécontente de la gouvernance du pays ces cinq dernières années d’une part et, de l’autre, le pouvoir semble se préparer à user de la force pour venir à bout de toute rébellion.

Face à cette situation, le rôle de pacificateurs revient aux responsables religieux, notamment ceux des églises et de la communauté musulmane. En effet, ceux-ci ont l’avantage de rassembler leurs fidèles au moins une fois par semaine. Aussi, ont-ils un grand ascendant sur ces derniers. Les textes religieux, de façon générale, appellent à la paix et à la cohésion, toutes choses dont le Bénin a besoin aujourd’hui.

Les congrégations religieuses ont déjà contribué à ramener la sérénité et à renforcer la paix et la tolérance. Ce fut le cas à la conférence nationale de février 1990 lorsque le prélat catholique Monseigneur Isidore de Souza a conduit les travaux de ces assises. A plusieurs reprises, les présidents Mathieu Kérékou, Nicéphore Soglo et Yayi Boni ont, chacun durant son mandat, largement sollicité l’intervention des responsables religieux en temps de crise. Aujourd’hui leur apport sera d’autant plus que salutaire que la paix est menacée.

Pierre Matchoudo

9 vues

Articles similaires