Période des vacances: Une saison de publicité sexuelle

 Période des vacances: Une saison de publicité sexuelle

Après les vacances scolaire et universitaire, il est récurent de constater que des apprenants (es) et étudiants (es), deviennent pères et mères. Et pour cause‚ la période est propice pour eux de se noyer dans des activités sexuelles sans aucune précaution.

C’est d’ailleurs la période par excellence des attitudes exhibitionnistes. Dans les feux tricolores ou en pleine circulation‚ les jeunes filles défilent de jour et surtout la nuit le corps à peine couvert. La société assiste ainsi‚ pantoise voire passive à  la publicité du sexe. Une rentrée scolaire est à son terme au Bénin. Place aux grandes vacances, destinées à l’épanouissement après plusieurs mois de concentration. Dans certaines universités privées aussi, les étudiantes et étudiants observent la pause. Les vacances, ce sont aussi des moments choisis par des parents qui envoient leurs enfants chez leurs proches, afin de leur permettre de changer d’air.

Pendant ce temps d’autres apprenants profitent de la grande trêve pour faire des jobs de vacances ou assister leurs géniteurs ou génitrices dans leurs activités génératrices de revenus. Depuis quelques années et surtout grâce aux réseaux sociaux, cette période est transformée à la publicité du sexe, surtout par des apprenantes. Permissionnaires pour aller rendre visite à un camarade, une amie ou un parent, elles se livrent à des activités sexuelles préjudiciables. Dans les bars, les Night-Clubs, sur des taxi-motos ‘’Zémidjan’’, dans les vons, sur des trottoirs, les populations nourrissent leurs yeux avec d’autres modes d’habillement.

De petites culottes qui exhibent une bonne partie des cuisses, des tenues qui voilent à peine le nombril, la hanche, la poitrine; de nouvelles formes de maquillage, des tresses qui tombent presque au sol… De nombreuses apprenantes ont ouvert la saison de la publicité érotique. Le phénomène est beaucoup plus vécu dans les grandes villes du Bénin : Cotonou, Porto-Novo, Parakou, Abomey-Calavi, Natitingou, Djougou, Abomey, Bohicon et autres. La plupart du temps, cette façon de se comporter ou de s’habiller constitue un appât que ces jeunes filles dévergondées tendent aux coureurs de jupon et aux pédophiles. Objectif : offrir son corps moyennant des billets de banque. La période des grandes vacances, c’est aussi la période pendant laquelle ‘’les filles de joie’’ sont concurrencées sur le terrain par des vacancières. C’est la période pendant laquelle tout est confondu. Par naïveté ou snobisme, d’autres apprenantes qui sont dans la fleur de l’âge, se livrent aux activités sexuelles, sur conseils de leurs camarades.

La grossesse comme trophée

En se lançant dans de telles aventures pendant les vacances, certaines apprenantes pensent qu’elles sont suffisamment outillées pour gérer la situation. Se retrouver avec une grossesse accidentelle‚ fait partie de leur dernier des soucis. Elles placent toute leur confiance dans les méthodes contraceptives, pour s’en sortir sans la moindre conséquence. Mais ces dernières n’étant pas infaillibles‚ certaines finissent dans le grand regret.

Beaucoup tombent enceinte et marquent un arrêt définitif aux études et leur bel avenir. La grossesse couronne tel un trophée ce sale temps passé de vacances passé en toute insouciance. Là, naissent les grincements de dents et les gémissements. Honteuses, certaines vont même jusqu’à mettre fin à leur vie par le suicide. Des instants de bonheur qui se transforment en cauchemar et tragédie.

Plus de vigilance chez les parents

Les parents ont un rôle très important à jouer durant cette période des vacances. Discuter et échanger avec leurs enfants  sur les conséquences des actes sexuels irresponsables. Aussi, doivent-ils être plus vigilants pour contrôler les sorties, les fréquentations de ces derniers ; leur donner des conseils afin qu’ils ne se complaisent dans les vices. C’est aussi le moment pour les parents d’offrir des instants de détente aux enfants. Les amener à faire du shopping, visiter les places publiques, les musées et prendre du plaisir dans les maquis, les salles de jeu, les restaurants, aller ensemble à la plage… C’est extrêmement important pour les parents de passer plus de temps aux côtés de leurs enfants. Parfois‚ le défaut de cette détente en famille du côté des parents est à la base des licences observées au dehors chez les jeunes.

C’est toujours intéressant de les voir renouer sain et sauf avec le chemin des classes une fois les vacances terminées.

Etienne YEMADJE (Coll)

Articles similaires