Pépé Oléka: «Je suis une femme de scène»

 Pépé Oléka: «Je suis une femme de scène»

Auteure-compositrice, interprète et chanteuse béninoise, Pépé Oléka est connue pour son talent et sa magnifique voix. Loin de la terre de ses ancêtres, elle ne manque pas de venir passer de bons moments au pays surtout quand elle a un projet musical. Dans cet entretien accordé à notre rédaction, elle parle des raisons de sa présence au Bénin et aussi de ses projets.

Quelles sont les raisons de votre présence au Bénin vu que depuis un bon moment, vous vivez en Occident ?

Je suis en train d’enregistrer pour un projet qui est en cours. En plus, je suis en train de faire un “Média tour” à travers quelques radios du pays. Il s’agit d’un projet de reprise de quelques chansons standards de la musique béninoise. Il faut aussi dire qu’au-delà des raisons professionnelles, quand je viens au pays, c’est pour me ressourcer.

Pourquoi ce choix des reprises des chansons standards ?

L’idée des reprises m’est venue quand j’effectuais mes tournées en Europe.  Pendant environs trois ans, les personnes qui me contactaient étaient beaucoup plus de la diaspora. J’étais sollicité pour jouer dans des fêtes et autres cérémonies. Il y avait aussi l’ambassade du Bénin en Suisse qui m’avait contacté pour représenter la musique béninoise. En ce moment, je n’y allais pas pour faire des reprises mais juste après nos prestations, mon groupe de musicien et moi faisons plaisir pour ‘’Djamer’’ comme on le dit dans notre milieu. Et donc, nous reprenions des standards de la musique béninoise.  Dans le lot de ces anciennes chansons certaines sont venues se greffer naturellement dans mon répertoire.  J’ai donc jugé bon de leur redonner vie à ma façon car toutes ont une particularité : elles parlent aux Béninois du Nord jusqu’au Sud.

En reprenant ces chansons, le public vous admire plus ?

Oui. J’ai constaté que la diaspora béninoise était avec moi et moi avec elle. De là, j’ai décidé un jour de faire un album spécial reprises. J’espère être à la hauteur des différentes chansons qui sont d’ailleurs très connues par les Béninois. Je pense bien y arriver à la manière Pépé Oléka.

A quand la sortie de cet album ?

D’ici l’année prochaine (2021), je pense que tout sera prêt.

Une tournée nationale est-elle prévue dans votre agenda ?

Inévitablement. Moi je suis une femme de scène, quand je ne suis pas sur des scènes, je suis totalement malheureuse. En ce moment, c’est compliqué parce que nous ne pouvons pas aller sur scène à cause de la crise sanitaire. Mais dès que tout rentrera dans l’ordre, je serai ici avec le public de chez moi.

Pourquoi vous êtes souvent effacée ? Loin des réseaux sociaux, loin des médias, pourquoi cet ‘’isolement’’ ?  

Dans ma nature, je n’aime pas être affichée sans bonnes raisons. Je suis de la vieille école et on ne nous a pas appris à forcement vendre la personne que nous sommes. J’estime qu’en étant chanteuse, j’ai besoin d’être efficace dans toutes les relations aussi bien en famille qu’entre amis.

gaskiyani.info

Que pensez-vous donc de la musique béninoise aujourd’hui ?

Les choses évoluent. J’ai entendu pendant un bon moment que la musique béninoise ne ‘’perce’’ pas. Cela prend juste le temps mais elle finira aussi par atteindre le niveau attendu. Le public qui attend que nous soyons au niveau des pays comme le Nigéria, le Ghana, le Togo ou la Côte-d’Ivoire doit aussi jouer sa partition. Dans ces pays qu’on voit grand aujourd’hui, c’est ce qui a été fait. Le meilleur soutien pour un artiste, c’est d’acheter ses œuvres et si on commence par le faire, le Bénin fera mieux.

Quelles sont vos relations avec les autres artistes béninois ?

 Personnellement, je m’entends très bien avec tout le monde. Je suis le genre de personne qui, quand ça ne va pas je le dis. Dans ma vie, c’est de cette manière je fonctionne. La plupart des filles me connaissent très bien. Il y en a qui m’écrivent pour m’encourager ou avoir de mes conseils et je suis très heureuse d’être parmi elles.

Réalisation : Firmin KASSAGA

3 vues

Articles similaires