Alain Capo Chichi : «Je forme et je garantis l’emploi et un salaire…»

 Alain Capo Chichi : «Je forme et je garantis l’emploi et un salaire…»

Alain Capo-chichi

Dans un entretien accordé au quotidien “Les 4 vérités”, le promoteur du groupe “CERCO” Alain Capo Chichi a abordé plusieurs sujets. Entre autres, la rénovation des locaux, après 20 ans de création de la structure ainsi que le partenariat avec la plateforme coursera.

Bachir ISSA

Alain Capo Chichi titulaire de deux doctorats en informatique à l’Université de Montréal et l’Université Paris 8, s’est lancé dans l’enseignement supérieur à travers la création du groupe CERCO depuis plusieurs années. Ainsi 20 ans après sa création, le PDG a procédé à la rénovation totale des bureaux et la création des espaces. « Le Groupe CERCO a donc consenti des investissements importants afin d’équiper ses locaux de près de deux mille (2.000) ordinateurs. Egalement, nous avons mis en place un ensemble d’outils, d’équipements, de robots, de systèmes avec un investissement de près de 10 milliards afin de recruter et former près de deux mille (2.000) apprenants sur trois (03) ans » ; a-t-il indiqué.

Très engagé et déterminé à travailler pour l’Afrique, « mon objectif n’est pas de m’enrichir avec la formation sur le dos des étudiants mal formés condamnés au chômage » affirme-t-il avant de préciser « Je me suis investi dans l’industrie pour leur trouver des débouchés. J’ai des usines d’assemblages d’ordinateurs et je crois que je connais ce qu’on attend aujourd’hui d’un informaticien ».

De même, explique-il « L’idée est de les préparer à résoudre des problèmes. Et donc aujourd’hui la formation n’est pas en amont. Je vous le dis aujourd’hui en tant que spécialiste, l’école a tort de penser qu’il faut former avec ces vieux programmes démodés et ensuite les diplômés vont se débrouiller. Il faut plutôt, à partir du problème, préparer les jeunes à pouvoir innover et répondre aux problèmes de la communauté ».

Par ailleurs, il souligne que c’est dans cette optique  que le groupe CERCO s’est mis en partenariat avec “Coursera”. Ceci dans le but d’offrir une compétence avérée aux étudiants sur le plan local.  « Les plateformes comme Coursera sur lesquelles nous sommes positionnés, préparent les apprenants à étudier en tenant compte de leur profil et de leur passion. Ces plateformes proposent des cours de haut niveau : robotique, Big Data et réalité augmentée », a-t-il clarifié tout en ajoutant que « Le Groupe CERCO a mis à la disposition de ces étudiants tous les moyens afin que ces derniers soient capables de compétir avec leurs camarades à l’international », a-t-il laissé entendre tout en précisant qu’ « Actuellement, nous allons ouvrir une école au Ghana, au Togo et en France. Notre modèle de formation s’inscrit dans l’innovation et nos produits sont les meilleurs. Mon seul combat : c’est de valoriser le talent de la jeunesse africaine. Nous sommes la première école d’informatique de l’espace CAMES, plus équipée que n’importe quelle école de cet espace. Je forme et je garantis l’emploi et un salaire minimum de mille cinq cent (1500) euros aux étudiants »

Pour finir, Alain Capo Chichi a exhorté la jeunesse à croire en son rêve et de ne jamais reculer face aux difficultés. « Je pense qu’il faut donner aux jeunes africains ce que j’ai reçu. Je me considère comme un messager et je mets ma formation, mes ressources, mon réseau international pour changer les choses. Personne en Afrique n’a ce que j’ai capitalisé… Je suis chanceux et pressé de donner, car je sais que le jour où je vais mourir, je ne partirai pas avec ce que j’ai accumulé…» dit-il avant d’inviter à méditer sur cette citation : « On peut tuer un homme mais pas des idées ».

1 vues

Articles similaires