Pape DIOUF, la flamme reste vivace !

 Pape DIOUF, la flamme reste vivace !

On a toujours du mal à réaliser un an après que le pape du football, le défenseur de la diversité, l’humaniste, le citoyen du monde, j’en passe, n’est plus parmi nous. Tellement il a été omniprésent dans moult sphères de la vie de ses contemporains, qu’on a tôt fait de croire qu’il était immortel. Immortel, Pape l’est de par son riche et impressionnant parcours. Et, ce n’est pas le concert des témoignages aussi poignants les uns que les autres, venant de personnalités aussi illustres et d’horizons divers pour marquer les un an de son retour au Père céleste, qui puisse remettre en cause l’évidence. Le baobab Pape, au propre comme au figuré, a su cultiver l’excellence de façon singulière dans tout ce qu’il a entrepris. Du journalisme au monde du football en passant par la politique, il a su démontrer avec brio que l’excellence et la conviction sont deux dimensions qui s’imbriquent. Tout le monde est unanime pour reconnaître que Pape à lui tout seul, a incarné la révolution mentale de l’Homme noir, africain, débarrassé de tout complexe vis à vis de l’Occident et prêt à fièrement prendre sa place au banquet de l’universel. C’ est là, tout le sens du rôle de pionnier qu’il a su jouer dans tous les secteurs dans lesquels il a exercé. Avec lui, le monde entier a compris que l’excellence, la compétence et la probité ne sont  la chasse gardée ni de certains peuples, ni de certaines parties du monde, mais qu’elles sont inhérentes au genre humain. Pape a contribué à décomplexer l’Africain noir en France. Et, comme un symbole, c’est sur les rives de la Méditerranée, qui a couvé bien de brillantes civilisations parfois métissées, dans l’histoire de l’humanité, la cité phocéenne, cosmopolite par excellence, qu’il a construit sa success story dont le fil conducteur a été l’humanisme. C’est pourquoi, il fait désormais partie du patrimoine immatériel, à la fois du Sénégal, son pays, de Marseille, sa ville de cœur, de l’Afrique, son continent d’origine, du Monde qu’il a parcouru et du football, sa passion.

Votre journal, ne saurait rester en marge de ce devoir de mémoire, de cette icône de notre continent que le coronavirus nous a arrachée il y a un an une semaine. L’édification d’une nouvelle Afrique prônée par les apôtres de la Renaissance africaine au nombre desquels, son Éminence, le Professeur Cheikh Anta DIOP, passe par l’immortalisation des personnalités illustres de la trempe de Pape DIOUF afin de servir de repère et de source d’inspiration aux générations montantes et futures.

Ouorou-Asso BABERI

45 vues

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *