Non-respect des interdictions de fêtes à Adjohoun : le maire François Zannougbo durcit le ton

 Non-respect des interdictions de fêtes à Adjohoun : le maire François Zannougbo durcit le ton

Le Maire de la commune d’Adjohoun, François Zannougbo, annonce de dures sanctions contre tout acte tendant à fragiliser les deux arrêtés communaux pris il y a quelques semaines pour interdire les manifestations festives et des cérémonies d’inhumation à domicile. Il l’a fait savoir lors d’une séance organisée lundi 31 octobre avec tous les chefs de villages sous sa tutelle.

Edmond HOUESSIKINDE Les jours à venir s’annoncent compliqués pour les contrevenants des décisions prises par le premier citoyen de la commune d’Adjohoun dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Et pour cause, il vient de rappeler aux élus locaux sous sa tutelle le rôle qui doit être le leur dans l’application sans faille des arrêtés communaux interdisant les manifestations à caractère festif et les cérémonies d’inhumation à domicile. C’est à la faveur d’une séance d’échanges lundi dernier au centre des jeunes et loisirs d’Adjohoun. Ont pris part à ladite séance tous les chefs de villages et les responsables des commissariats de police des localités d’Adjohoun et d’Azowlissè. Au cours de la réunion, le maire a fait part à l’assistance de son constat depuis la mise en vigueur desdits arrêtés. « C’est désolant ce que je vois depuis que j’ai pris ces deux décisions. Les gens continuent à organiser des manifestations qui regroupent beaucoup de personnes. Aussi les cérémonies d’inhumation ont- elles continué allègrement sans que personne ne soit inquiété. C’est inacceptable », a-t-il fait savoir avant d’ajouter : « Ceux qui pensent qu’ils sont en train de défier l’autorité se trompent. À partir de cet instant, plus rien ne sera comme avant. Force doit rester à la loi », a-t-il martelé. Par la suite, il a instruit tous les chefs de villages à informer la police républicaine de toutes sortes de manifestations festives. Ne pas le faire serait considéré comme une complicité et les auteurs subiront les conséquences qui en découleraient. À l’unanimité, les chefs de villages ont pris l’engagement ferme de faire respecter ces décisions prises car la santé de tous en dépend.

0 vues

Articles similaires