Hypertension artérielle : Première cause des décès prématurés

 Hypertension artérielle : Première cause des décès prématurés

La journée mondiale contre l’hypertension artérielle est célébrée le 17 mai de chaque année. La Société Béninoise de Cardiologie (SBC) joue, comme d’habitude, sa partition cette année. Elle organise une série d’activités pour faire comprendre aux populations les causes, les manifestations et les conséquences de cette maladie, qualifiée de tueuse silencieuse.

La première de cette série d’activités est le point de presse tenu ce mardi 17 mai au Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert Koutoukou Maga (CNHU-HKM) Cotonou. De la présentation de la maladie, ses symptômes à ses manifestations et conséquences, les personnes présentes ont su comment l’hypertension artérielle est devenue l’une des maladies les plus dangereuses au monde. Les aspects préventif et curatif de la maladie ont été également abordés par les spécialistes. Déclarée problème de santé publique par l’organisation mondiale de la santé à cause de ses ravages, l’hypertension artérielle est qualifiée de tueuse silencieuse à cause de sa façon de nuire à l’Homme sans que ce dernier ne s’en rende compte. Selon le docteur Léopold H. Ag Codjo, la majorité des malades ne présentent aucun symptôme pendant une longue période. « C’est fortuitement lors de la  survenance d’une autre maladie que le patient se rend compte de son état. Selon l’organisation mondiale de la Santé (OMS), 1,28 milliards de personnes âgées de 30 à 79 ans ont l’hypertension artérielle et 2/3 de ces personnes se trouvent dans les pays à faible revenu ou revenu intermédiaire. Aussi 40 à 50% du lot sont-ils des adultes de 50 ans et plus. A cela, il faut signaler que près de 70% n’ont aucun traitement ou sont mal traités », a-t-il fait savoir.

Première cause de décès prématuré dans le monde, l’hypertension artérielle explique-t-il cause huit (08) fois « plus de paralysies, sept (07) fois plus d’accident vasculaire cérébral et six (06) fois plus de problème d’insuffisance rénale que toutes les autres formes de pathologies. A partir de ces chiffres, il urge de prendre le mal au sérieux ».

Il précise : « L’hypertension artérielle est une maladie héréditaire. Et vu la proportion des personnes qui en souffrent actuellement, les générations à venir sont encore plus exposées.  L’autre chose importante à savoir est que l’HTA ne se guérit pas. Le traitement est à vie. Si quelqu’un vous dit qu’il peut le guérir, il vous ment ont insisté les spécialistes ».

« Ton sel te tuera »

C’est la thématique essentielle développée par un panel de docteurs et professeurs lors de ce point de presse. « Le sel est une bonne chose ». Le Christ l’a dit dans Luc 14:34 (LSG). Mais si le taux de sel dépasse les limites dont l’organisme a besoin pour fonctionner normalement, il devient un danger pour l’homme. Les spécialistes en cardiologie l’ont démontré avec des chiffres à l’appui. Il s’agit du professeur H. Léopold Ag Codjo, chef service cardiologie du Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou Manga (CNHU-HKM) Cotonou, des docteurs Murielle Hounkponou-Amoussou Guenou et Xavier Fadonougbo, représentants des PHU-Cardiologie et du docteur Michèle Hazoumè, Secrétaire générale de l’Association des Cardiologues Libéraux du Bénin.

Tour à tour, ils ont montré les risques encourus par les populations en consommant plus de sel que ne demande l’organisme. Les statistiques donnent une consommation de 11 grammes de sel par jour contre 5 grammes recommandés par l’OMS. C’est largement au-dessus de la norme. Mieux, les spécialistes estiment même que l’organisme n’a besoin que d’un (01) petit gramme de sel par jour pour bien fonctionner.

En dehors de la rencontre avec la presse, la Société Béninoise de Cardiologie (SBC) a d’autres activités entrant en ligne de compte de la commémoration de la Journée mondiale contre l’hypertension artérielle. Il s’agit entre-autres des émissions radiophonique et télévisée, de la pose de pancartes et d’affiches à travers les grandes artères des villes pour sensibiliser et l’organisation d’un webinaire le mercredi 25 mai 2022. Le clou de la commémoration est la séance de dépistage gratuite d’hypertension artérielle qui aura lieu dans le marché international Dantokpa le samedi 28 mai 2022. Le dimanche 29 mai l’équipe de la SBC organisera une  séance de jogging et footing, toujours pour sensibiliser sur l’hypertension artérielle.

Organisation de chercheurs et spécialistes des questions de santé cardiovasculaire et cardiaque, la SBC travaille depuis des années à la sensibilisation des populations sur les bonnes manières à adopter afin d’éviter les problèmes cardiaques et les pathologies y afférentes.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires