Gestion des ordures à Parakou : Le calvaire des populations

 Gestion des ordures à Parakou : Le calvaire des populations

Le constat est amer. Les riverains qui habitent près des points de regroupement d’ordures dans la cité des Kobourou vivent un calvaire selon une enquête réalisée par Fraternité FM.

La gestion des déchets dans la ville de Parakou est loin d’être une réussite. Dans les ménages, les ordures sont encore déposées dans des zones situées près des maisons contraignant les habitants à un environnement peu respirable. « C’est un peu indésirable de vivre avec ces ordures parce que ça créé des maladies et les riverains qui habitent sont mal à l’aise. La cause, l’odeur que ça dégage est nauséabonde. Et les gens n’arrivent pas à bien respirer », dénonce Alphonse Dognon, riverain. Il poursuit en évoquant ceux dont la santé est la plus fragile : les mineurs. « Les enfants passent par ici pour aller à l’école et ce n’est pas du tout bon pour leur santé ».

Abdoul Ganiou abonde dans le même sens en parlant des conséquences de cet état de chose sur la santé de l’homme. « Ça expose toute la population à plusieurs inconvénients parmi lesquels on peut citer : les odeurs, les maladies qu’on encourt » a martelé le jeune riverain. « Ces déchets créés des soucis sur la santé de la population. Aussi pollue-t-il l’environnement et créé d’énormes problèmes sanitaires », renchérit Jonas Akouété.

Les ONG chargées du pré collecte se dédouanent

« Naturellement, les ordures créent des nuisances à la population, c’est pour cette raison qu’on les enlève au point de regroupement pour les éloigner des maisons », a déclaré Blaise Atoukloui, responsable de structure pré collecte d’ordures. Ces ordures que nous voyons aujourd’hui clarifie-t-il « séjournent il y a des mois. Cet état de chose est certainement lié à un certain nombre de problèmes  des entreprises qui ont un contrat avec notre mairie de Parakou pour enlever ces ordures pour le dépôt final. Malheureusement force est de constater que ces entreprises ne viennent plus  pour beaucoup de raisons”

La réaction du Directeur du foncier de l’environnement

Face à ses allégations Mikaila Sidi Mama affirme que pour des raisons incohérentes, les structures de pré collecte ne respectaient pas les points de regroupement homologués. « Il se fait que les ONG de pré collecte qui devraient aller les déverser au niveau de ces points de regroupement ont soulevé la question d’accessibilité, aussi d’un dysfonctionnement en ce qui concerne la rampe d’accès au niveau de ces points », a-t-il fait savoir. A l’en croire, le point de regroupement doit être situé « tout au moins à 2 kilomètres de la dernière concession du quartier ».

Il revient aux autorités dans cette urgence d’assainissement et de  bon vivre avec la participation active des structures de pré collecte d’œuvrer pour un environnement sain afin d’éloigner toutes infections et tous germes de maladies.

Léonard SONEHEKPON

8 vues

Articles similaires