Elimination des violences basées sur le genre en milieu universitaire: JFAD mobilise les étudiants de l’UAC

 Elimination des violences basées sur le genre en milieu universitaire: JFAD mobilise les étudiants de l’UAC

Au Bénin, les violences basées sur le genre (VBG) concernent la majorité des femmes et des filles. Les abus sexuels et les viols sont des faits graves et impactent l’ensemble du parcours de vie. Ils englobent les souffrances physiques et mentales. C’est pour lutter contre ce mal en milieu universitaire que le creuset des Jeunes Filles Actrices de Développement (JFAD) a initié dans le cadre du projet  We Go For Change un forum de 48 heures qui a mobilisé étudiantes et étudiants de l’Université d’Abomey Calavi (UAC) autour du thème : « Agir collectivement pour éradiquer les violences sexistes et sexuelles en milieu universitaire ». Il s’est achevé vendredi 28 juillet 2023.

En effet, plusieurs sessions de communication ont été au menu de ces deux jours d’échange pour l’élimination des violences basées sur le genre en milieu en milieu universitaire. Il s’agit de : « présentation des actions de l’observatoire genre de l’UAC, présentation des initiatives des jeunes pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles à l’UAC », « reconnaître et démanteler le sexisme dans les universités du Bénin », « comment construire des actions collectives pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles à l’UAC ? », « qu’est-ce qui marche en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au Bénin et ailleurs ».

Très satisfaits de cette initiative, les récipiendaires par la voix de leur porte-parole ont salué le parcours avec JFAD. « Depuis des mois, nous renforçons nos capacités. En tant qu’étudiant.es engagé.es désormais, nous sommes heureux.ses de partager avec vous notre parcours avec JFAD. Nous avons eu l’opportunité d’approfondir notre compréhension des droits humains et de l’approche basée sur les droits de la personne. Cette approche nous a ouvert les yeux sur l’importance de reconnaître et d’analyser les inégalités sociales et de genre qui persiste dans notre société. Nous avons compris que ces inégalités ne sont pas des réalités figées, mais qu’elles sont le résultat de constructions sociales et de systèmes de pouvoir déséquilibrés », a confié Esther Iriko Dokou tout en ajoutant « Nous tenons à exprimer notre gratitude envers toutes les  membres de JFAD et l’équipe de We Go For Change qui nous ont accompagnés.es, nous ont renforcés, nous ont donné la voix. Qui ont fait de nous des modèles pour nos pairs et dans notre société. Votre soutien a été inestimable, et nous ne serions pas ici aujourd’hui sans vous ». Elle prend l’engagement : « Nous sommes la voix de tous ces étudiants qui sont brimés, violés, violentés, harcelés, …Nous ne voulons pas être harcelés et nous ne voulons pas harceler ».

Le représentant du Commissaire central de Calavi abonde dans le même sens en affirmant que ce Forum d’échanges et de partages vient à point nommé pour imaginer des solutions afin d’éradiquer les Violences basées sur le genre à l’UAC. « Nous avons eu du plaisir à faire du chemin avec vous. Dans notre quête pour un avenir plus équitable et respectueux de chaque individu, nous avons entrepris des parcours d’apprentissages ensemble. Ces sessions de questionnements des normes sexistes, de compréhension des causes profondes des violences sexistes et sexuelles, ainsi que de désapprentissage du sexisme, ont été essentielles pour notre compréhension approfondie de cette problématique et pour sensibiliser de façons continue l’ensemble de notre corps policier », a indiqué Samuel Kouagou. Il a rappelé qu’un code de conduite des officiers de police judiciaire dans la lutte contre les VBG a été établi de commun accord avec JFAD pour leur permettre de mener à bien leur mission avant de marteler : « En travaillant ensemble, main dans la main, nous pouvons créer un changement durable et significatif dans notre société. Les solutions que nous élaborerons ici auront un impact et inspireront les futures générations à lutter pour l’égalité et la justice ».

La coordonnatrice de l’approche genre de l’UAC, représentant sa présidente à son tour a assuré qu’un partenariat est désormais né entre JFAD et l’approche genre de l’UAC. « Nous ferons tout possible pour que les objectifs soient atteints pour le bonheur de tous », a déclaré Pascaline Babadankpodji.

Toute heureuse de l’issue de ce forum, Kifayath Toko Chabi Coordonnatrice de l’Initiative WE Go For Change a remercié les uns et les autres et surtout les responsables et agents du commissariat de Calavi pour leur accompagnement et leur disponibilité. «  Nous croyons que les femmes et les hommes doivent travailler ensemble pour parvenir à un monde où les deux sexes sont socialement, culturellement, économiquement, politiquement et juridiquement libres, épanoui.e.s. Créer ce monde est une responsabilité tant pour les femmes, tant pour les hommes. Puisqu’il s’agit d’une transformation bénéfique pour les deux sexes », a-t-elle souhaité.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires