Dr Kévin D. Amoussou : « Le diabète rend l’organisme plus vulnérable… »

 Dr Kévin D. Amoussou : « Le diabète rend l’organisme plus vulnérable… »

Depuis quelques années, la prévalence du diabète a augmenté plus rapidement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. L’Organisation mondiale de la santé estime à 422 millions le nombre de personnes souffrant du diabète dans le monde en 2014 et prévoit qu’il sera en 2030 la 7e cause de décès dans le monde. Dans ce numéro spécial de notre rubrique Santé, Dr Kévin D. Amoussou, Médecin généraliste et Médecin Chef du Centre de Santé d’Agla aborde le sujet. Lisez plutôt !!!

Qu’est-ce que le diabète?

Le diabète est une maladie chronique qui résulte d’une insuffisance de production d’insuline par le pancréas et/ou d’une inefficacité de l’insuline pour réguler la quantité de sucre dans le sang.  En effet, l’insuline est une hormone qui est normalement produite par le pancréas et qui régule la quantité de sucre dans le sang en favorisant son utilisation ou sa mise en réserve par nos cellules. Il arrive que cette hormone soit produite en quantité insuffisante ou que les cellules ne soient plus pleinement sensible à son effet. Dans un cas ou dans l’autre le sucre s’accumule dans le sang plus qu’il ne devrait,  donnant ce qu’on appelle l’hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang) de façon durable (chronique). Cette hyperglycémie chronique entraîne de nombreuses altérations dans l’organisme plus particulièrement au niveau des nerfs et des vaisseaux : c’est le diabète.

Quels sont les différents types de diabète et quelles en sont les causes?

Le diabète est classé en 4 types correspondant chacun à un processus de survenue. On distingue le diabète de type 1, type 2 (le plus fréquent), le diabète gestationnel, et les diabètes spécifiques.

Le diabète de type 1 est lié à la destruction des cellules productrices de l’insuline au niveau du pancréas. Cette destruction implique le plus souvent un processus auto-immun, c’est à dire que le système immunitaire du sujet attaque ses propres cellules saines. A cause de la destruction de ces cellules, la production de l’insuline par le pancréas ne se fait plus convenablement ce qui conduit à une augmentation chronique du taux de sucre dans le sang tel que décrit plus haut.

Le mécanisme de survenue du Diabète de type 2 est la diminution de la sensibilité des cellules à l’insuline. L’insuline produit par le pancréas est mal utilisé par l’organisme et le sucre s’accumule dans le sang. La survenue du diabète de type 2 est liée à une prédisposition génétique mais aussi et surtout à des facteurs comme l’obésité, la sédentarité (le manque d’activité physique), la consommation excessive de graisses saturées et de sucres rapides. Le diabète gestationnel  qui survient durant la grossesse, et est caractérisé par une augmentation du taux de sucre dans le sang au-dessus des valeurs  normales. Les femmes en surpoids avant la grossesse, celles ayant un âge avancé lors de la grossesse, celle ayant dans leur famille des personnes diabétiques, et celles ayant déjà accouché plus de cinq (5) fois sont les plus exposées. Les Diabètes spécifiques sont induits d’autres maladies ou par certains médicaments  qui entraînent des troubles de production ou d’efficacité de l’insuline.

Quels sont les symptômes du diabète?

Les personnes diabétiques peuvent se plaindre d’uriner beaucoup trop, de boire excessivement, d’avoir constamment faim, de perdre du poids et de ressentir une fatigue intense.  Ces symptômes peuvent être moins bruyant surtout pour le diabète de type 2, avec le risque d’une évolution sournoise vers les complications.

Quelles sont les complications du diabète ?

De manière générale le diabète rend l’organisme plus vulnérable à tout problème de santé, mais en dehors de ce fait, plusieurs complications peuvent survenir soit de manière aigue (survenant sur une courte durée, pouvant aboutir au coma) soit de manière chronique.

Pour celles chroniques (survenant sur une longue durée), le diabète expose à la survenue de complications liées à l’atteinte des nerfs et des vaisseaux sanguins ainsi entre autre on a : une augmentation du risque de survenue des AVC (accident vasculaires cérébraux, entraînant par exemple la paralysie d’une partie du corps); une augmentation du risque de survenue de l’infarctus du myocarde (crise cardiaque) ; l’insuffisance rénale chronique ; les troubles de visions (atteinte de la rétine) ; les plaies chroniques dont le pied diabétique Etc…

Peut-on en guérir du diabète et quelle est la probabilité d’en mourir?

Comme indiqué plus haut le diabète est une maladie chronique, cela implique qu’on ne peut pas en guérir définitivement, cependant il est possible et primordial de la contrôler. Il existe en fonction du type et du niveau d’évolution des traitements pour améliorer la disponibilité et l’efficacité de l’insuline. En dehors des médicaments, les personnes diabétiques doivent adopter ou maintenir une bonne hygiène de vie. Lorsqu’on parvient à contrôler le diabète en maintenant le taux de sucre dans les fourchettes normales, on ralentit fortement l’apparition des complications.

Par contre quand ce n’est pas le cas, le diabète peut rapidement conduire au décès. On estime par exemple à 1,5 millions le nombre de personnes décédées dans le monde à cause du diabète en 2021.

Quelles précautions prendre si l’on est diabétique ?

Si vous avez été diagnostiqué diabétique, vous devez consulter un médecin pour un suivi régulier. Vous devrez suivre un traitement adapté au type de votre diabète et à son stade d’évolution. Dans tous les cas cette prise en charge implique le respect des règles hygiéno-diététiques très précises dont une alimentation saine et équilibrée et de l’activité physique.

Que faire pour éviter le diabète notamment en termes de règles diététiques ?

Le respect d’une alimentation saine et équilibrée et la pratique d’une activité physique suffisante restent les règles de base pour avoir une bonne santé mais elles sont particulièrement importantes pour éviter le diabète.

En termes d’alimentation, dites-nous les règles à suivre ?

Choisir ses aliments en fonction de leur index glycémique. Il faut éviter la consommation de sucres rapides et privilégier la consommation de sucres lents. Tous les aliments que nous consommons en fonction de leur index glycémique, c’est à dire leur capacité à faire monter le taux de sucre dans le sang sur une durée de deux heures. Les aliments qui ont des index glycémiques élevés dits sucres rapides nous exposent à un plus grand risque  de développer du diabète. Il s’agit de tous les aliments contenant du sucre raffiné comme les boissons sucrées, les biscuits, pâtes à tartiner, confitures, yaourts sucrés, la plupart des aliments transformés… on y retrouve aussi les céréales et farines de céréales raffinées et leurs dérivées (farine de blé, gâteaux, pain baguette, couscous, pâtes alimentaires trop cuites, bouillie de mais aklui, yovodoko…), mais aussi la bière, le miel. Il faut préférer les aliments à index glycémique moyen ou bas comme tous les légumes,  la patate douce, l’igname, l’avocat, le yaourt nature, les fruits frais (et non les jus de fruits), les flocons d’avoine, la farine de soja…

Eviter la consommation d’aliments trop gras, trop salés, trop sucrés. A ce titre il convient de constater que la cuisine « moderne » africaine est justement parfois trop salée et trop grasse. Par ailleurs le choix des graisses consommées doit être revu. Il faut éviter les huiles végétales ultra-raffinées comme l’huile jaune dite d’arachide vendue dans la plupart des commerces sous nos cieux et privilégier les huiles vierges (olive, palme) de façon modérée. Une fois le choix des aliments fait, il faut constituer des menus sains et équilibrés. Un repas équilibré est constitué environ de 50% de glucides, 30% de lipides et 20% de protides (dont moitié végétales et moitié animales). Il ne faut pas hésiter à consulter des professionnels de la nutrition pour se forger un régime sain équilibré de manière durable. Il faut éviter la consommation d’alcool et de tabac tout en faisant  au moins 30 minutes d’exercice physique d’intensité modérée par jour. Par exemple 30 minutes de marche ou 10000 pas par jour.  Aussi faut-il  perdre du poids si vous êtes en situation de surpoids et d’obésité. Cela nécessite une alimentation plus saine et de l’activité physique un peu plus intense. En fin, il faut aller se faire une prise de sang de façon régulière à partir de 40 ans afin de découvrir tôt des premiers signes d’intolérance au glucose.

Propos Recueillis : par Damien TOLOMISSI

Articles similaires

2 Commentaires

  • Je remercie le Dr Amoussou et toute l’équipe à la contribution de cette information importante. Nous en tirons beaucoup de choses.

  • Merci Dr pour ce bon développement.

Les commentaires sont fermés.