Divorce FCBE – RLC : Le point d’achoppement

 Divorce FCBE – RLC : Le point d’achoppement

Le parti Restaurer La Confiance (RLC) ne participera pas aux législatives du 8 janvier 2023. L’annonce a été faite ce mardi 1er Novembre 2022 au siège du parti à Cotonou. A l’origine, le désaccord avec les Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) sur une question de positionnement.

Dans son courrier référencé 0445/FCBE/SEN/SENA2/SA/TG/SP du 30 octobre 2022, le parti des FCBE affirme « ne pas concéder la tête de liste au Président du parti RLC dans la circonscription électorale de son choix, un préalable à l’aboutissement de la volonté des deux partis d’aller aux prochaines élections législatives sur une liste commune ». Le Bureau exécutif national (BEN) du parti Restaurer La Confiance a pris « acte de cette décision unilatérale du bureau politique de la FCBE de rompre les négociations » peut-on lire. Si la décision des FCBE est accueillie avec un peu de détachement côté RLC, le BEN du parti condamne la manière utilisée par les Cauris. Le courrier devant lui notifier ladite décision a fait le tour des réseaux sociaux avant même de parvenir officiellement avant que les premiers concernés n’en soient officiellement informés. « Nous nous offusquons contre ce traitement et la campagne médiatique qui a été faite de ce courrier contrairement aux autres courriers échangés depuis l’ouverture des négociations entre les deux partis ». Pour le BEN/RLC, ce n’est ni plus ni moins « un acte d’irresponsabilité » lit-on dans la décision rendue publique.

Le point d’achoppement

Le BEN/RCL est revenu sur les tractations en cours entre les deux formations politiques depuis le 26 août 2022. Tout au début des négociations, il est convenu que le logo FCBE porte la liste commune des deux partis. On retient également que le RLC a montré sa « disponibilité à accepter que les FCBE gardent la tête de liste dans 20 circonscriptions électorales contre 4 pour RLC, la disponibilité de RLC à prendre en charge la caution et le financement de la campagne de ses candidats, malgré qu’ils auraient démissionné pour adhérer au parti FCBE; la disponibilité de RLC à accepter toutes les conditions de la FCBE sauf la tête de liste quelle ne veut pas nous concéder ». Le deal ayant capoté, RLC rejette l’échec sur Paul Hounkpè.

L’enjeu des élections de 2023, n’est pas la participation de l’opposition selon RLC mais plutôt de la victoire de l’opposition pour le contrôle du perchoir. Voyant le mal de loin, le parti de l’ex candidat à la présidentielle de 2021 a opté pour le recul intelligent. « Nous avons toujours dit que l’opposition n’y arrivera pas si elle ne se met pas dans une logique d’addition et de multiplication. Et pour rester conforme à notre ligne, nous avons opté pour un retrait stratégique de notre parti ». Toutefois Irénée Josias Agossa et son parti ont promis soutenir toutes les autres forces de l’opposition qui partagent la même vision que le RLC.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires