Développement de l’Afrique de l’ouest : Le MFSG prône la dissolution de la CEDEAO

 Développement de l’Afrique de l’ouest : Le MFSG prône la dissolution de la CEDEAO

Le Mouvement des Fédéralistes Sahélo-Guinéens (MFSG) a installé sa section béninoise. C’est à la faveur d’une Assemblée générale tenue à Calavi samedi 6 Août 2022. Lors des assises de Cotonou, le MFSG a partagé sa vision fédéraliste des Etats ouest-africains lors d’une conférence de presse. La vision, de facto, entend la  dissolution de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

« Deux valent mieux qu’un ». Cette autre manière de dire qu’uni l’on est plus fort est le leitmotiv du Mouvement des Fédéralistes Sahélo-Guinéens. Ce mouvement au relent panafricaniste ne jure que par le fédéralisme économique et géographique comme modèle de gouvernance. Lors de son échange avec les hommes des médias en conférence de presse, le Professeur Egdar Gnanssounou a relevé que le retard de développement de l’Afrique est dû à son fonctionnement actuel. L’émiettement des Etats et les orientations à but restreint. Pour rectifier le tir, il a fait observer que la vision du MFSG est la reconstitution de l’espace géographique de l’Afrique de l’Ouest en deux blocs. Elle implique la mutualisation des espaces de gouvernance sur un mode fédéral dans le but d’assurer la paix, la démocratie et la prospérité dans la sous-région. Cette fédération aura comme boussole une constitution démocratique adoptée selon la double légitimité des peuples et des États fédérés. Aussi privilégie-t-elle le plurilinguisme dans l’enseignement pour faciliter et renforcer la communication et les échanges dans la sous-région.

Le projet porté par le MFSG explique Edgar Gnansounou, va déboucher à court, moyen et long terme sur une politique commune en matière d’appartenance géographique, une justice et une sécurité commune. Ceci sous-entend l’harmonisation des conditions de création et de développement de grands pôles industriels dans l’espace ouest-africain pour favoriser la création d’emplois. Au cœur de cette dynamique; l’industrialisation pour maximiser la croissance économique de la région aux fins de trouver des solutions appropriées aux problèmes d’emploi des jeunes. Une dynamique que le fondateur du Mouvement des fédéralistes sahélo-guinéens soutient par la construction des infrastructures socio-éducatives, la mise en œuvre efficiente des conditions favorables pour la libre circulation des personnes et des biens. En sommes, elle vise rassembler tous les citoyens dans l’idée de favoriser leur intégration effective. Le premier objectif est la création de deux grands blocs. D’une part la Fédération du Nigeria qui agrège les Etats frontaliers au géant africain et la Fédération décentralisée. Celle-ci prend en compte tous les autres pays de la sous-région ouest-africaine. Toutefois, chaque pays gardera sa souveraineté et son autonomie de gestion tout en étant dans la grande confédération au sein de laquelle seront définies les orientations supra.

A noter que Bibiane Changotadé est la présidente du bureau exécutif de la Section béninoise.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires