De CEPIB à UPI-ONM: Trente années au service de l’excellence

 De CEPIB à UPI-ONM: Trente années au service de l’excellence

Sur l’échiquier de la formation supérieure au Bénin figure en bonne place l’Université Polytechnique Internationale Obiang Nguema Mbasogo (UPI-ONM). Créé en 1992, ce haut lieu de savoir a gravi différentes marches pour se forger une image de marque ici et ailleurs.Beaucoup connaissent UPI-ONM mais peu se rappellent du CEPIB/Formation. Il y a de quoi car c’est une époque que les moins de 20 ans ne peuvent connaître. Les adultes de trente ans d’aujourd’hui étaient peu conscients de leur propre existence à l’époque où le Complexe d’Enseignement Polytechnique International du Bénin (CEPIB Formation), voyait le jour en 1992. En effet, comme un bout de plant bien entretenu par son jardinier, le vénérable et ingénieux Valère Kakaï Glèlè, UPI-ONM n’a pas échappé à la loi de la sélection naturelle. Celle du très résistant grain de sénevé. Du milieu des ronces géopolitiques et la concurrence déloyale, l’université a su émerger pour s’imposer, contre vents et marées, comme une référence en formation professionnelle. De loin, il est remarquable parmi la forêt des universités de la place de par sa notoriété et le nombre de cadres formés. D’un site, le Complexe d’Enseignement Polytechnique International du Bénin, tel un baobab, s’est enraciné au Bénin avec cinq (05) Campus universitaires disséminés à Parakou, Porto-Novo, Abomey et Cotonou. Dans la même dynamique, son rayonnement s’étend sous d’autres cieux.

La marque du savoir-faire

Seulement en quelques années, on note une multiplication des filières de formation, des partenariats et les reconnaissances internationales. Aujourd’hui, l’université de Valère Kakaï Glèlè a pion sur rue. De la Banque à la finance en passant par la comptabilité, l’agronomie ou l’informatique, Upi-Onm concentre dix-sept types de licences et 15 différents masters. La première promotion de techniciens supérieurs brevetés (BTS) sort à Bordeaux en France en 1994. En 2005, un protocole d’accord portant formation pour les diplômes BAC + 3 et BAC + 5 est signé avec l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse en France suivi d’une convention avec la Faculté́ Libre des Sciences Economiques de Gestion de l’Université́ Catholique de Lille (UCL) portant délocalisation du diplôme de troisième cycle.

En 2006, CEPIB Formation devint Université́ Polytechnique Internationale du Benin (UPIB). Il s’ensuit trois partenariats. Le premier avec la Faculté́ des Sciences Economiques et de Gestion de l’Université́ (FASEG) d’Abomey-Calavi et le deuxième avec la Banque Régionale de Solidarité́ (BRS). L’Université́ de Riverside en Californie aux Etats-Unis noue aussi un partenariat. Plus d’une vingtaine de diplômes de l’UPIB sont accrédités par le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES). Cette reconnaissance sort UPIB du lot. Une nouvelle ère va s’ouvrir à partir de 2013. Rebaptisée, UPIB devient Université́ Polytechnique Internationale Dr Obiang Nguema Mbasogo (UPI-ONM). Toujours en avance sur ses concurrents, UPI-ONM intègre, en 2009, l’Université Mondiale Virtuelle (Orageu) regroupant la plupart des universités du Canada, des États-Unis, de l’Angleterre, de Paris, de l’Espagne, de la Chine et du Mexique etc. C’est d’ailleurs Valère Kakaï Glèlè, l’homme des défis, qui est le  Président de l’Ordre africain des grandes écoles et universités (Orageu). UPI-ONM et son Président directeur général sont devenus un patrimoine mondial. De Cotonou à Montréal en passant par Parakou, les échos de sa renommée résonne et force l’admiration.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires