Commercialisation des noix de cajou au Bénin : Le top de la campagne 2020-2021 donné

 Commercialisation des noix de cajou au Bénin : Le top de la campagne 2020-2021 donné

Le lancement de la campagne 2020-2021 de commercialisation des noix de cajou a été officiellement lancé à Kétou La semaine écoulée par la ministre de l’Industrie et du Commerce et son homologue en charge de l’Agriculture.

 Lors de cette cérémonie, les deux ministres ont confirmé à 300 FCFA le kilo le prix du plancher d’achat aux producteurs des noix de cajou. Une nouvelle qui réjouit Edouard Assogba, président de l’interprofession de la filière Acajou (IFA Bénin). Il a profité  pour saluer  les efforts du gouvernement dans cette filière qui se classe au 2e rang après celle du coton même s’il reste à faire. Raison pour laquelle, il sollicite davantage l’accompagnement de l’État.

Occasion pour la ministre l’Industrie et du Commerce, Shadiya Alimatou Assoumanou de  faire le bilan avec l’ensemble des acteurs de la filière et de prendre les engagements pour un développement de la filière et de l’économie béninoise. Elle a également fait remarquer que « Le Conseil National des Exportateurs de Cajou (CONEC) a enregistré soixante-dix (70) sociétés ayant exprimé une intention d’exportation de noix de cajou brute du Bénin au cours de la campagne écoulée. Ainsi, 137.205 tonnes de noix de cajou brute ont été pesées au niveau des ponts bascules. En ce qui concerne la transformation, seulement 11.045 tonnes soit 6,49% de noix de cajou ont été transformées. Ce faible taux est dû à la suspension de certains contrats en cette période de Covid-19… » Aussi la ministre en charge du Commerce a-t-elle exhorté à plus de rigueur et de sérieux dans la mise en œuvre des décisions prises de commun accord de la part des acteurs du secteur.

Le ministre de l’agriculture Gaston Dossouhoui a quant à lui invité les acteurs à travailler à améliorer la productivité et la transformation, maintenir la qualité afin que chacun y trouve son compte sans oublier de convier les producteurs à se mettre en groupement avec des normes coopératives « pour bénéficier des appuis de l’Etat, à utiliser les plantes greffées pour les nouvelles plantations en vue de l’homogénéité de la plantation ».

A noter que Vincent Akpona et Valère Sèdonougbo, respectivement 1er adjoint au maire de Kétou et Préfet du Plateau ont également été de la partie.

Léonard SONEHEKPON

22 vues

Articles similaires