AVC: La 2ème cause de mortalité mondiale

 AVC: La 2ème cause de mortalité mondiale

Dans, le monde, l’AVC est la deuxième cause de mortalité, la deuxième cause de démence après l’Alzheimer et la première cause de handicap moteur acquis chez l’adulte. Toutes les 6 secondes, d’après les chiffres de l’Organisation Mondiale de la Santé, une personne dans le monde est victime d’un AVC. Un mal qui tue vite.

Parfois certaines personnes sans aucune raison préalable se retrouvent dans l’impossibilité de se déplacer, de se mouvoir et de bien raisonner. Ces différents signes résultent d’une perte brutale de la fonction cérébrale. Selon les spécialistes, l’Accident Vasculaire Cérébral est la cause de la mortalité et d’invalidité de plusieurs personnes dans le monde entier. C’est un phénomène préoccupant de santé publique.

En effet, connu sous le nom commun d’« attaque cérébrale », l’accident vasculaire cérébral (AVC) est une perte brutale de la fonction cérébrale due à un infarctus cérébral ou à une hémorragie. Dans, le monde, l’AVC est la deuxième cause de mortalité, la deuxième cause de démence après l’Alzheimer et la première cause de handicap moteur acquis chez l’adulte. Toutes les 6 secondes, une personne dans le monde est victime d’un AVC. Le premier impact d’après, le physiothérapeute Toussaint Azondékon, cela entraîne des dommages irréversibles au niveau des tissus cérébraux. A l’en croire, il existe deux types d’AVC.  « AVC Ischémique (le vaisseau sanguin bouché. Ce qui bloque la circulation sanguine) et l’AVC hémorragique (Le vaisseau sanguin éclaté) », a-t-il confié avant d’ajouter que les conséquences d’une telle crise dépendent de l’endroit du cerveau et surtout de l’étendue des dommages ».

Symptômes d’AVC

De nombreux signes possibles pouvant alerter de la survenue d’un AVC. Il s’agit d’après le site de solidarites-sante.gouv.fr d’: une déformation de la bouche (ex : lorsque la personne sourit le sourire n’est pas symétrique) ;  une faiblesse d’un côté du corps, bras ou jambe (ex : lorsqu’on demande à la personne de lever les deux bras devant elle, l’un des bras ne peut être levé ou rester en hauteur, il retombe) ;  des troubles de la parole (ex : lorsqu’on demande à la personne de répéter une phrase, elle a des difficultés à parler ou à comprendre). Ces  signes d’alerte, selon la même source peuvent être accompagnés, tout aussi soudainement, de troubles de l’équilibre, de maux de tête intenses ou d’une baisse de vision. « Si quelqu’un est témoin d’un de ces signes, il doit vite agir en appelant l’urgence. Car c’est une évidence irrévocable qu’il s’agit de l’AVC », averti Toussaint Azondékon.

Facteurs de risque de l’AVC

Parmi ces facteurs de risque d’après le corps médical, entre autres il y a :  l’âge (plus de la moitié des AVC surviennent chez les personnes âgées de 75 ans et plus, contre un quart chez les moins de 65 ans) ; certaines maladies cardiaques telles l’anomalie de la valve cardiaque, l’insuffisance ou arythmie qui nécessitent un traitement anticoagulant durant toute la vie, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie ; le diabète ; la consommation de tabac ; la consommation d’alcool, la sédentarité…  

Conséquences d’un AVC

Les séquelles sont variables selon la zone touchée. La gravité des troubles varie selon les cas. Les séquelles les plus fréquentes sont les troubles de l’équilibre et de la mémoire. De plus, parmi les personnes avec séquelles, on note l’apraxie (l’incapacité d’exécuter des mouvements intentionnels précédemment appris malgré une volonté et une capacité motrice conservées, du fait d’une lésion cérébrale), les difficultés pour les activités de la vie quotidienne, la toilette le plus souvent. L’AVC peut aussi entraîner une incontinence urinaire et la dépression.

La Prévention

Pour rester en bonne santé et diminuer le risque de survenue d’un AVC, il est recommandé d’adopter une activité physique régulière. « Cela vous permettra de limiter non seulement votre prise de poids mais également de diminuer le taux de graisses dans le sang, de réduire le risque de diabète et l’hypertension artérielle », a indiqué, le physiothérapeute Toussaint Azondékon tout en prodiguant d’autres conseils « Il urge que nous préférons les escaliers à l’ascenseur, faire les petits trajets à pieds plutôt qu’en voiture ou sur moto et surtout faire l’option des ballades à pieds durant les temps libres ».

Réactions en cas d’AVC

En attendant l’ambulance, il faut mettre la personne au repos en position allongée. En cas de vomissement, la placer en position latérale de sécurité. Une fois sur place, les secours vont poser le diagnostic et diriger le patient vers une unité de soins intensifs neurovasculaires. Un traitement doit être mis en place très rapidement. L’injection de produits qui vont dissoudre le caillot sanguin doit se faire dans les 4 heures 30 suivant le début des symptômes. Dans certains cas, explique le site santemagazine.fr on a recours à la thrombectomie, une intervention destinée à extraire mécaniquement le caillot. Elle peut être effectuée dans les 24 heures qui suivent l’AVC. Le plus tôt sera le mieux.

La REDACTION

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *