Privatisation en vue du transport universitaire : Une décision diversement appréciée

 Privatisation en vue du transport universitaire : Une décision diversement appréciée

Le 17 juin 2022, la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé que le transport des étudiants sera très prochainement privatisé. Une décision qui divise dans le rang des étudiants à l’Université d’Abomey-Calavi. Si l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb) ne s’oppose pas à la décision, l’Uneb prévient.

La privatisation des œuvres universitaires est une décision qui pend au nez des étudiants depuis des mois quand le gouvernement a émis l’idée. Eléonore Yayi Ladékan a relancé le débat à l’occasion de l’émission « Le Gouvernement en action ». La Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a confié que « le transport des étudiants pourrait être confié aux privés » tout en ajoutant que ces privés vont « absolument recevoir d’accompagnements de l’Etat ». Pour les bénéficiaires, les sentiments sont partagés. « Je ne sais pas ce qui découlerait de la privatisation du transport mais je ne trouve pas l’idée bonne », s’offusque Cyrille, étudiant  en 3e année de linguistique.

Pour d’autres, il n’y a pas de mal à cela mais la question qu’ils se posent est le coût que le privé appliquera. « Nous vivons déjà dans des conditions peu appréciables. Changer la gestion ne nous gêne pas mais augmenter le coût du transport ne sera pas bienvenue. Combien allons-nous payer désormais ? »  se demande cet autre étudiant.

Approché, le président de l’Union nationale des étudiants du Bénin fait savoir que la question de la privatisation des œuvres sociales à l’UAC fait courir dans tous les sens depuis plus d’un an que le gouvernement a décidé de faire ce qu’il appelle « la gestion déléguée « . L’Union nationale des étudiants du Bénin n’est pas contre l’idée « Nous sommes d’accord pourvu que la qualité des services soit améliorée car en toutes choses il faut observer une pause et réévaluer » a indiqué son président, Oscar Akpacla.  Toutefois il confie qu’il y a des limites que les étudiants n’accepteront pas. Pas question d’augmenter les coûts des prestations « Que ces privés n’envisagent point l’augmentation du prix des tickets de la restauration qui est aujourd’hui à 150f, le ticket du transport qui est à 100f ni les frais d’hébergement dans les cabines universitaires qui aujourd’hui coûtent 2.500 F CFA, le mois. Nous leur avons notifié cela » a martelé le président de l’Union nationale des étudiants du Bénin.

Arnaud ACAKPO (Coll)

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *