Augmentations salariales : La passe décisive de Talon

 Augmentations salariales : La passe décisive de Talon

D5-Presidence benin

Attendue depuis avril 2022, l’augmentation des salaires sera effective dès ce mois de décembre 2022. C’est ce qui est ressorti des informations communiquées par le gouvernement à l’issue du Conseil des Ministres du mercredi 7 décembre. De quoi réjouir les partis de la mouvance en lice pour les législatives de janvier 2023.

Comment ne pas penser aux retombées électorales d’une telle décision lorsqu’on sait qu’elle impacte directement le quotidien des Béninois ? C’est une très belle passe décisive qu’offre Patrice Talon à la majorité présidentielle, qui sans sourciller, avec enthousiasme et élégance marquera certainement un but à l’opposition sur le terrain électoral. Le salaire minimum interprofessionnel garanti (smig) connaît une augmentation pour compter du 1er janvier 2023.  De 40.000 FCFA actuellement, il passe à 52 000 FCFA, soit une hausse de 30%. Il est à comprendre d’après le relevé du Conseil des Ministres du 6 décembre 2022 que les échelles d’augmentation sont élevées en début de carrière et suivent une logique dégressive vers le milieu et la fin de carrière. « Ainsi, le conducteur de véhicules administratifs qui commence sa carrière connaîtra une hausse de 66% de son salaire. Selon qu’il est en début, milieu ou fin de carrière, l’agent d’entretien des services de santé connaîtra une revalorisation allant de 56 à 32% du revenu actuel net, la sage-femme 51 à 29%, l’infirmier breveté 34 à 22%, le contrôleur d’action sanitaire 27 à 15%, l’inspecteur d’action sanitaire 22 à 11%, le technicien de laboratoire 28 à 16% et le médecin 11 à 10% selon qu’il est hospitalier ou non hospitalier. Dans les mêmes conditions, l’instituteur adjoint aura une augmentation de 49 à 33%, l’instituteur 34 à 12%, l’élève instituteur 34 à 25%, le conseiller pédagogique 16 à 12% et l’inspecteur 12 à 10 %. », Peut-on lire.  Quant aux professeurs adjoints ou certifiés des lycées et collèges, «  ils constateront respectivement une augmentation de 25 à 11% et de 22 à 10%. Le conseiller pédagogique du secondaire aura pour sa part 22 à 11% tandis que l’élève professeur certifié constatera un relèvement de 26 à 16%, l’élève professeur adjoint 29% et l’instituteur de l’enseignement technique 31%. Pour le fonctionnaire de police de 2ème et 1ère classes, la revalorisation va de 34 à 23 %, le sous-officier subalterne 23 à 16%, le sous-officier supérieur 18 à 12% et l’officier subalterne 21 à 10%. Le militaire du rang, pour sa part, observera une augmentation de 46 à 22%, le sous-officier subalterne 23 à 16% et l’officier subalterne 21 à 10%. En ce qui concerne les salaires les plus élevés, toutes catégories confondues, ils connaîtront des augmentations de 12 à 3% ».

Ces mesures toujours d’après la même source entrent en vigueur dès ce mois de décembre 2022 et représenteront, dès la première année d’application, un effort financier de plus de 60 milliards de FCFA sur la masse salariale : « Il convient de signaler qu’elles produiront leurs effets sur les pensions de retraite, y compris pour les retraités actuels qui bénéficieront des implications du relèvement du point indiciaire.  Par ailleurs, s’agissant particulièrement des aspirants au métier d’enseignant, il a été décidé, entre autres avantages, de leur accorder désormais 11 mois de rémunération au lieu de 9 actuellement, soit un effort financier supplémentaire annuel de 6,5 milliards de FCFA et de leur donner la possibilité, à terme, de faire carrière comme agents de l’Etat ».

Le parfait argument électoral

Si les électeurs se frottent les mains en cette période de campagne, c’est la victoire des législatives qui est d’avance acquise pour les partis de la mouvance présidentielle à savoir l’Union progressiste Le Renouveau (UPR), le Bloc Républicain (BR), le Mouvement des Élites Engagées pour l’Émancipation du Bénin (MOELE-BENIN) et l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN). Les partis de la mouvance, tout en sirène chanteront l’évangile de l’augmentation salariale selon St Talon. Le timing est calculé. Et l’ancien magnat du coton prouve ainsi une nouvelle fois son sens dans la stratégie. En bon capitaine, il distille des caviars à ses coéquipiers. Personne n’a vu venir celui-ci venir, tant l’attente semblait éternelle.

Il permet désormais aux partis de la mouvance d’avoir des arguments solides à avancer en dehors du budget de l’État 2023 basé sur le social.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires