Espoir de sa famille hier: La risée de tous aujourd’hui

 Espoir de sa famille hier: La risée de tous aujourd’hui

Dans un quartier de Cotonou, Nika Jeune étudiante en tourisme, incarne l’espoir de sa famille. Calme, studieuse et respectueuse, elle suscite respect et convoitise. Dans cet élan d’exemplarité elle refuse de s’afficher publiquement avec un homme. Son objectif étant de se taper un don Juan toubab en vue d’aller à l’étranger et y vivre avec sa petite famille.

Fidèle à cet objectif, elle nargue parfois les hommes peut être à tort ou à raison. Elle crie partout que compte tenu du sacrifice qu’elle a consenti pour se réaliser, elle n’a rien à foutre avec un Béninois. Sa maman quant à elle est dans la démesure. Partout où elle se retrouve, elle fait passer sa fille comme la sainte, la meilleure de sa génération. A la limite elle nargue les autres filles de la même génération que la sienne au point de créer des jalouses pour sa fille. Conséquence, les voisines n’aiment plus fréquenter sa fille pour ne pas à entendre des jérémiades. Dans ce contexte, d’autres ont commencé par médire de sa fille. Elles lui disent que telle qu’elle a la gueule sa fille va la honnir un de ces jours. Et cela provoque sa colère et la discussion finit souvent avec beaucoup de remous. A un moment donné les parents firent le constat que Nika ne fait plus usage de couche par le passé. Interpellée, elle a trouvé des arguments pour se défendre. Peu à peu elle tombe dans les crachats. Puis la nausée a pris place. Elle perd l’appétit et tombe dans les vomissements en à point finir. C’est des signes qui ne trompent pas. Conduite à l’hôpital, ce que redoutaient les parents se confirme.

Étonnement, supputations et questionnement gagnent les esprits mais chacun a essayé de se maîtriser. Une fois à la maison, il va falloir bien connaître l’identité du mystérieux qui a eu l’outrecuidance de jeter un pavé dans la marre. Mais cet exercice s’est avéré plus délicat que l’on imaginait. Nika a du mal à rendre public l’identité de son défenseur. C’était laborieux et chaud. Il a fallu fait recours à la dextérité et l’expertise de sa grande mère maternelle pour pouvoir lui tirer la langue. Et là encore, c’était le comble quand l’identité de l’auteur de la grossesse est dévoilée. Nika s’est fait engrossée par le meunier de l’autre coin de la rue.

A l’annonce de la nouvelle, tout le monde était abasourdi. Le papa de Nika est tombé évanoui et conduit à l’hôpital. La maman n’en revenait pas. Elle s’est fondue en larmes : « Comment est-ce  possible, pourtant on lui donne tout ? » s’interrogea la vieille, « Qu’, est ce que les gens diront de moi, tcho celle que je vendais chère » poursuit-elle en sanglot. Nika s’est mise à pleurer, l’atmosphère était lourde. Dans la foulée, le meunier a disparu car les frères de Nika ont menacé de lui donner une correction.

Et de sa cachette, ce dernier content d’avoir gagné le jackpot brandit à son tour des menaces selon lesquelles : « Si on enlève la grossesse je vais intenter un procès à ma future belle famille ». Aux dernières nouvelles, les grands parents et quelques sages ont pris en main le dossier pour trouver un terrain d’attente.

MORALITE

Pour Mr Djabo, un sage du quartier, en tant que parent, il faut avoir le triomphe modeste. Quel que soit le bon comportement de nos enfants, il faut savoir raison gardée mais surtout prier pour eux. Car les enfants sont des âmes sensibles et vulnérables. Il faut les protéger au lieu de les livrer. Pour lui la manière dont la maman fait l’éloge de sa fille, c’est beaucoup plus une livraison aux prédateurs.

Léopold GBEGAN

Articles similaires