Arrestation de Reckya Madougou : Une affaire à suivre

 Arrestation de Reckya Madougou : Une affaire à suivre

Dans la nuit du vendredi 5 Mars 2021, la candidate recalée des Démocrates Reckya Madougou a été déposée à la prison de Missérété deux jours après son arrestation.

Dans la soirée du 3 Mars 2021, Reckya Madougou a été appréhendée alors qu’elle sortait d’un meeting de l’opposition à Porto-Novo  par la police pour association de malfaiteurs et terrorisme par la police Républicaine sur la base d’un mandat d’amener décerné par le procureur spécial près la Criet. Le lendemain, jeudi 4 mars 2021, le procureur spécial de la Criet, Mario Metonou à travers un point de presse a révélé les faits reprochés à la candidate des Démocrates. Selon l’autorité judiciaire, l’ancienne ministre de Yayi Boni serait impliquée dans un projet d’assassinat de deux personnalités du Nord dont elle est l’instigatrice. La motivation de celle-ci aux dires du procureur serait de provoquer le chaos et de parvenir à faire suspendre le processus électoral.

Réaction des avocats de Reckya Madougou

« C’est un scénario qui a été pensé, qui a été monté et qui est en train d’être exécuté ». Tels ont été les mots de Me Renaud Agbodjo réfutant tous les faits reprochés à sa cliente ceci à l’issue d’une conférence de presse animée avec son homologue Me Paul Kato Atita au lendemain des déclarations du procureur spécial de la Criet. « Quand on écoute le procureur, l’intégralité de la procédure a été mise sur la place publique…Peut-on encore dire que Reckya Madougou bénéficie de la présomption d’innocence ? » s’est interrogée l’avocate Nadine Sakponon qui a répondu par la négative. La défense de la candidate a ainsi dénoncé une affaire politique.

Modeste Kérékou s’invite dans l’affaire

Dans la nuit du vendredi 5 mars, le ministre des petites et moyennes entreprises et de la promotion de l’emploi, Modeste Kérékou révèle des messages qu’il aurait reçus accidentellement de Reckya Madougou. « Des preuves irréfutables que dame Madougou est mal intentionnée et conspire depuis bien longtemps contre le Bénin » a-t-il confié. « Surpris par la teneur des messages, j’ai pris tout de suite conscience de leur gravité et aussitôt fait une capture d’écran avant de répondre à l’expéditeur que je n’ai rien compris et je lui ai demandé à qui j’avais à faire », a affirmé le ministre Kérékou tout en précisant que « ces faits se déroulaient le 23 Décembre 2018 ». Il a ensuite présenté lesdites captures d’écran dans lesquelles sont cités les noms de plusieurs chefs d’Etats de la sous-région. Pour lui ces messages sont suffisamment clairs pour indiquer les desseins de l’expéditeur qu’il affirme être Madame Reckya Madougou. « Plus de deux ans après, ces messages viennent aujourd’hui dans le contexte du débat sur les tentatives de déstabilisation de notre pays par dame Madougou et compagnie, jeter une lumière crue sur les intentions de notre compatriote. Ils apportent la preuve qu’il y a longtemps qu’elle conspire contre notre pays et que les derniers événements ne sont que l’épilogue de ce qui se trame depuis des années a-t-il fait savoir. Il conclut que son téléphone reste disponible à la justice pour l’expertise des messages parvenus sur son téléphone par erreur dont il a fait des captures d’écran.

Nouvelle comparution et mise sous mandat de dépôt

Après avoir été auditionnée une nouvelle fois par le procureur spécial puis de la Commission d’instruction, la mise en cause a été inculpée pour financement du terrorisme.

Il faut rappeler que l’ex-colonel de la gendarmerie à la retraite Ibrahim Mama Touré et Georges Sacca proche de Madougou ont également été déposés à la prison civile d’Akpro-Missérété. Ces derniers seraient d’après le procureur spécial les complices de la candidate des Démocrates.

A suivre….

Léonard SONEHEKPON

44 vues

Articles similaires