Vivi l’Internationale : Cette voix qui s’est éteinte

 Vivi l’Internationale : Cette voix qui s’est éteinte

Mercredi noir pour la musique béninoise. Telle une traînée de poudre, la mauvaise nouvelle s’est répandue. Elle a fait le tour des réseaux sociaux. Dans les rues, les ménages, l’administration, etc, c’est l’émoi, la tristesse et la consternation. On en parle, comme pour dire, qu’il s’agit d’un deuil national. Et bien oui, le décès de Vivi L’internationale est bien plus qu’un deuil national. C’est un grand vide pour la culture béninoise et le monde musical, pour ce que la vaillante dame, la diva au cœur doux et magnanime, a été pour la promotion de la paix et l’amour du prochain.

Un style musical d’un genre assez particulier où l’illustre disparue a réussi, par ses messages assez poignants, à conscientiser les masses. Victorine Agbato, à l’état civil, a fait mouvoir les cœurs, fait pleurer les âmes sensibles, par ses compositions musicales qui ont tout l’air d’une thérapie. Ce mercredi matin du 17 février 2022, cette grande voix de la musique béninoise a cédé le tribut à l’humanité. Comme pour dire peut-être que, les bonnes choses de ce monde ne doivent pas durer. Mais pour les milliers de fans et amoureux de la bonne musique, c’est arrivé très tôt. Vivi a encore a donné de son art, le temps que les hommes comprennent véritablement qu’elle est admise dans le monde des vivants pour une mission de repentance.

Et combien sont-ils déjà, à se repentir, pour avoir savouré les belles mélodies, disons cette musique engagée, de Vivi l’internationale ? « Vivi », un diminutif issu de son prénom Victorine et « l’internationale » qui lui a été donné au Togo après une prestation XXL où la chanteuse béninoise a fait exploser son talent devant un parterre de personnalités VIP et l’artiste de renommée internationale Bella Bello.

Une carrière accomplie

Lorsque la chanson se mêle à la danse, dans une corrélation de messages et de gestuels, pour attirer l’attention des hommes sur un danger à l’horizon, elle (la musique) suscite un appétit vorace. Véritable bête de scène, Vivi l’internationale a été une apôtre de la paix. Elle a gratifié le public de sensations fortes, par son art et son génie-créateur. D’elle, la nation retient des messages de paix et de non-violence. Sa chanson Fifa est la chanson qui l’a d’abord révélée et fait d’elle la plus célèbre des femmes artistes au Bénin, à s’armer de courage pour oser dire ce qu’elle pense à travers la musique, sans jamais verser dans les offenses. Elle est connue du grand public à travers ses chansons pour la paix et l’amour durant la transition du Bénin du Marxisme-léninisme au Renouveau démocratique.

Au lendemain de la Conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990, elle chante son hymne pour la paix, N’dokolidji. Une chanson qui dénonce les affres de la guerre et qui appelle à l’union et la cohésion nationale. Vivi l’internationale est aussi engagée politiquement. Elle a été active au sein des organisations de femmes révolutionnaires. Dans le cadre de son combat pour la paix au Bénin, elle chante en 2018 pour les détenus de la prison civile de Savalou. En 2008, elle est décorée du Mérite national. On retient également de sa riche carrière musicale, son duo avec l’icône Pedro Gnonnas, Vivi l’Internationale, dans le cadre des 20 ans de la Loterie Nationale du Bénin en 1982. Comme on le dit souvent, l’artiste ne meurt jamais. Vivi, tu es partie, mais tes œuvres demeurent éternelles. Repose en paix !

La Rédaction

Articles similaires