Torticolis: Le mal du moment

 Torticolis: Le mal du moment

Lorsque vous dormez dans la journée ou la nuit en adoptant une mauvaise position, une douleur apparaît au niveau du cou au réveil. Cette douleur peut aussi survenir après un effort ou à cause d’une mauvaise position en journée, devant un ordinateur ou une télévision par exemple. Il s’agit du Torticolis. Le plus souvent sans gravité, il existe, toutefois, une forme chronique de torticolis beaucoup plus invalidante : le torticolis spasmodique.  Le physiothérapeute, Toussaint Azondékon passe en revue, les causes, les symptômes et quelques contours de ce mal.

« Le Torticolis peut se définir par une contraction musculaire unilatérale d’un ou plusieurs muscles du cou qui agissent comme un plâtre pour protéger et immobiliser le Rachis Cervical qui compte sept vertèbres »,  clarifie, d’abord, le physiothérapeute, Toussaint Azondékon. Autrement dit, poursuit-il « le torticolis est une cervicalgie aiguë commune c’est à dire elle n’est provoquée ni par un traumatisme, ni par une maladie, qui se traduit par l’apparition d’une vive douleur au niveau du cou. Souvent causé par l’adoption d’une mauvaise posture, il reste en général bénin et disparaît en quelques jours ».

Comment se manifeste ce mal?

Débutant souvent la nuit, le torticolis, d’après Toussaint Azondékon, se manifeste par plusieurs symptômes. Les manifestations peuvent être une douleur qui survient de manière brutale, à l’arrière du cou ; des muscles durs et contractés au niveau du cou ; des difficultés à bouger la tête, des mouvements douloureux, l’incapacité à garder la tête droite ; parfois une attitude anormale du cou lors des mouvements de flexion et de rotation ; une douleur qui irradie dans le dos ou les bras (ou une sensation de brûlure ou de picotements dans le bras et la main : névralgie cervico-brachiale).

« Il arrive que le torticolis s’installe et évolue progressivement, jusqu’à devenir permanent, On parle alors de torticolis spasmodique ou de dystonie des muscles du cou », informe Toussaint Azondékon. Il indique que « la tête prend peu à peu une position anormale c’est à dire elle s’incline sur un côté, ou se penche en avant ou en arrière ».

Les causes du torticolis 

Le torticolis survient suite à une contraction musculaire intense, au niveau d’un ou de plusieurs muscles du cou. Il peut s’agir d’une contraction du muscle sterno-cléido-mastoïdien c’est-à-dire gros muscle situé sur la partie antérieure et latérale du cou, ou du muscle trapèze. Pour le physio, cette contraction musculaire peut être due à : « une mauvaise position ou un mouvement brusque pendant le sommeil ; une mauvaise posture assise pendant la journée ; l’existence d’une pathologie au niveau de l’épaule ou de la colonne cervicale : une hernie discale ou de l’arthrose ».

Le torticolis spasmodique pourrait quant à lui être provoqué « par un trouble cérébral. Il pourrait également s’agir d’une irritation chronique du nerf relié aux muscles qui se contractent involontairement ».

Comment soulager les douleurs ?

Plusieurs gestes simples à en croire le physio Azondékon peuvent aider à soulager et à faire passer les douleurs du torticolis. Il s’agit entre autres de s’allonger et reposer sa tête : cela permet de soulager le poids de la tête et de décharger la colonne au niveau des cervicales. Il est aussi important de vérifier la qualité de la literie (matelas et oreiller) ; Prendre un bain chaud, appliquer une bouillotte ou une poche de chaleur sur le cou, la chaleur peut aider à décontracter les muscles touchés et à diminuer les douleurs ; se détendre au maximum car le stress peut déclencher ou aggraver un torticolis.

Pour en savoir plus sur le traitement chaud ou froid d’un torticolis, demandez conseil à votre pharmacien ; maintenir une activité physique douce et adaptée : les positions et postures ne doivent être ni brusques, ni figées. Il faut continuer à mobiliser la tête et le cou, en réalisant des mouvements doux qui ne provoquent pas de douleurs;

Ces précautions peuvent suffirent à soulager le mal de cou, notamment lorsque les douleurs et la raideur sont récentes et modérées, et qu’elles n’empêchent pas les activités quotidiennes. Mais il est parfois nécessaire de consulter un médecin.

Quand consulter ?

Pour le physio, il est recommandé de consulter un médecin rapidement lorsque les douleurs du torticolis sont importantes. Par exemple, quand elles empêchent de dormir, ou lorsqu’elles ne disparaissent pas naturellement au bout de quelques jours d’automédication, elles nécessitent un autre traitement. Il faut vite se faire  consulter si les épisodes douloureux sont fréquents. Les douleurs et la raideur dans la nuque peuvent être dues à une hernie discale. « Seuls des examens complémentaires doivent alors être réalisés, pour identifier les fibres nerveuses affectées ».

Mais dans certains cas, il faut consulter en urgence ou appeler le SAMU, en composant le 15 ou le 112, par exemple si: vous ressentez des maux de tête, de la fièvre et des frissons, de la confusion ou torpeur ; la douleur au cou est particulièrement violente et suivie de troubles de la parole ou de la vue, ou d’une faiblesse musculaire dans un bras ou une jambe ; la douleur de la nuque est soudaine et violente, et s’accompagne d’autres symptômes : d’intenses maux de tête, de la fièvre, des vomissements et une gêne à la lumière, des sueurs, une faiblesse et une pâleur, des vertiges et des bourdonnements d’oreilles ; la douleur du cou irradie vers l’épaule ou le bras, et des signes de paralysie de la main apparaissent…

Comment prévenir l’apparition d’un torticolis ?

De l’avis du spécialiste, pour éviter les torticolis et autres cervicalgies, il est recommandé de : connaître les bonnes postures à adopter, dans toutes les activités quotidiennes et domestiques (au travail et à la maison, pour la lecture ou l’utilisation d’un ordinateur, devant un écran, pendant la conduite ou certains loisirs) ; Réaliser des exercices, deux à trois fois par semaine (avec un kinésithérapeute ou un autre professionnel de santé, ils permettent d’entretenir les muscles cervicaux) ; Se relaxer au maximum (surtout en période de stress), détendre son cou à l’occasion de pauses régulières (lorsque la tête tient la même posture pendant une longue période)  à plat ventre…

Léopold GBEGAN (Coll)

Articles similaires