Rencontres culturelle scientifique et communautaires de Bonou : 4 jours pour révéler le potentiel historique de l’ex-royaume de Dogba

 Rencontres culturelle scientifique et communautaires de Bonou : 4 jours pour révéler le potentiel historique de l’ex-royaume de Dogba

La commune de Bonou abrite depuis ce mercredi 21 septembre un évènement culturel de grande envergure. Il s’agit des Rencontres Culturelle, Scientifique et Communautaires (RCS-B) dont l’objectif est de faire un feedback sur l’historique de cette commune (Ex-royaume de Dogba) qui a joué un rôle clé dans la résistance contre l’impérialisme français. C’est une initiative du conseil suprême des chefferies traditionnelles du Bénin en partenariat  la mairie de Bonou appuyée par Kiawo TV et  Think Tank Génération des Vigilants et le consulat de la Serbie près le Bénin.

« Nul n’a le droit d’ignorer la page de l’histoire d’un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme ». Cette citation du célèbre journaliste Franco camerounais Alain Foka rime avec cet événement riche en sons et couleurs qui réunit  acteurs culturels, autorités communales  de Bonou et celles de la vallée de l’Ouémé, têtes couronnées, populations de Bonou, enseignants chercheurs et historiens vise à réécrire l’histoire de la commune de Bonou, (Ex- royaume de Dogba) afin de permettre à la jeune génération de comprendre le rôle prépondérant de cette partie du Bénin dans la guerre de résistance contre les colons. Tout a démarré par une cérémonie de recueillement au niveau du monument aux morts situé à côté de la tombe du commandant Forax à AFFAME en hommage aux braves  Dahoméens dévoués à la nation tombés durant la guerre de résistance contre les colons français. Ce n’est qu’après cette étape, les organisateurs ont mis le cap sur le centre des jeunes et de loisirs de Bonou où le lancement officiel de l’événement proprement a eu lieu. Avant le bal des allocutions, c’est à sa Majesté Houézèzoun Woudjigbé Alochéwou, roi de Bonou et président du Conseil suprême des chefferies traditionnelles pour la sauvegarde et la promotion des patrimoines endogènes et touristiques que l’honneur est échu d’introduire la séance par une prière. Dans son allocution, le maire de la commune de Bonou en sa qualité du président du comité d’organisation a situé l’assistance sur le contexte dans lequel interviennent ces rencontres culturelles. Pour lui, l’histoire de la commune ne saurait être inconnue de la génération actuelle au regard de la place qu’elle occupe dans la guerre contre l’impérialisme. Partant du constat qui révèle que les valeurs prônées par les royaumes et empires précoloniaux, prédécesseurs des chefferies actuelles, se sont vues reléguées au second plan parce qu’on ne voit pas l’utilité de connaitre l’histoire, la géographie et les traditions de son milieu.

A l’en croire, Dans cette vision défaitiste des créatures des temps modernes, la nécessité du retour aux sources africaines n’est plus à marchander. C’est pourquoi, dira-t-il « s’inscrivant dans la dynamique de son Excellence Monsieur Patrice Talon, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, Président de la République qui engage notre pays le Bénin sur le vaste et courageux chantier de la restauration des valeurs ancestrales et la réécriture de l’histoire du Bénin, le Conseil Suprême des Chefferies Traditionnelles pour la Sauvegarde et la Promotion des Patrimoines Endogènes et Touristiques du Bénin en collaboration avec la Mairie de Bonou et en partenariat avec la structure THINK THANK GENERATION DES VIGILANTS initie le projet dénommé « les Rencontres Culturelle et Scientifique Communautaires de Bonou ». Il s’agit d’un projet qui « s’inscrit dans la logique de la restauration et de la valorisation de l’héritage historique légué par l’ex-royauté de Dogba, et la deuxième guerre de résistance de Danxomè de 1892 à 1894 » a-t-il laissé entendre. Ce rendez-vous culturel selon l’autorité communale, a pour entre autres objectifs spécifiques de susciter la restauration ou la réhabilitation la mémoire des faits historiques de la deuxième guerre de résistance de Dogba (1892-1894) à travers l’instauration d’une date pour célébrerla mémoire des fils et filles morts pour la patrie et la liberté du Bénin et de leur communauté,  réaliser des activités de reconstruction des villages décimés et de valoriser des collectivités familiales, œuvrer à la création d’un service communal en charge du patrimoine culture, de la définition et de la mise en œuvre d’une politique de valorisation du patrimoine culturelle communal et du tourisme et l’émergence des entreprises culturelles et touristiques locales. Prenant la parole à l’occasion, le directeur départemental du tourisme, des arts et de la culture de l’Ouémé a salué la clairvoyance du tandem Tolègbé – Houézèzoun qui selon lui  œuvre inlassablement par ce faire pour la promotion et la préservation des valeurs historiques que regorge la commune de Bonou.  Plusieurs activités culturelles et des communications sont au programme de ces rencontres qui se déroulent autour du thème : Renaissance culturelle et touristique pour le développement durable de Bonou jusqu’au samedi prochain.

Edmond HOUESSIKINDE

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *