Positionnement des femmes sur les listes électorales : De la volonté politique à l’acte

 Positionnement des femmes sur les listes électorales : De la volonté politique à l’acte

L’une des innovations électorales à l’actif du gouvernement de la rupture est la représentativité des femmes au sein du Parlement béninois. Une exigence contenue dans les nouvelles dispositions de la charte des partis politiques dans le cadre des prochaines élections législatives de janvier 2023.

A moins de deux mois de ces échéances cruciales,  l’appropriation faite par les partis politiques de ces dispositions législatives mérite d’être scrutée. Le positionnement des femmes sur les listes électorales à raison d’un siège dans chaque circonscription électorale étant un pas de plus vers l’inclusion électorale et la promotion de l’approche genre en politique. Une option judicieuse que les partis politiques en lice pour les élections législatives prochaines ont, bon an mal an, respecté. D’après les investigations, le positionnement des femmes sur les listes électorales est quasiment acté au sein des formations politiques, au grand bonheur des amazones politiques toujours reléguées au second plan.

Il ne pouvait en être autrement car le code l’a gravée comme l’on écrit sur du marbre. Cette approche politique basée sur la promotion du genre prend effet dès les législatives du 08 janvier 2023. La part belle faite aux femmes envoyées de facto au-devant de la scène politique est indéniable. Au moins 24 d’entre elles vont garnir les travées de l’hémicycle dès le 12 février lors de l’installation du parlement béninois, 9e législature. On ne le verra plus pour seulement chanter et battre les mains au cours des réunions et meetings mais pour mouiller le maillot et défendre les idéaux de leurs partis respectifs. Pour avoir privilégié cette couche sociale, le gouvernement béninois à travers la représentation nationale a tenté de réparer une injustice qui n’a fait que trop durer. Au regard de la pyramide sociale des femmes et surtout de la sociologie béninoise, c’est plus qu’une nécessité de leur garantir le suffrage universel. Cette option de garantir, presque, l’égalité des chances à tous les citoyens, de faire l’expérience du mandat électif, est judicieuse.

 Au-delà des promesses politiques, la concrétisation de cette décision politique courageuse pour susciter et promouvoir le leadership politique féminin reste louable à maints égards. C’est à cette responsabilité que sont conviés les partis politiques. Opportunistes, les formations politiques y ont vu une manière de maximiser les chances de victoire et conforter le plus grand nombre de sièges. Elles ont inscrit les femmes sur les listes électorales dans le cadre des prochaines élections législatives. Pourvu que la dynamique aille au-delà du simple positionnement mais se pérennise et s’étende à tous les paliers de prises de décision.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires