Politique au Bénin : Le grand retour de Lazare Sèhouéto

 Politique au Bénin : Le grand retour de Lazare Sèhouéto

Alors que d’aucuns le croyaient enterré, Lazarre Sèhouéto a fait un retour victorieux dans l’arène politique béninoise. Le natif de Zogbodomè dont la contribution à la gouvernance a été par le passé hautement apprécié revient cette fois, comme député de la 9e législature élu sur la liste de l’Union Progressiste, le Renouveau.

Eloquent et clairvoyant, Lazare Sèhouéto va sans doute jouer un rôle important parmi ses collègues parlementaires tout au long de cette mandature qui commence très bientôt. Fin tacticien, il s’est engagé très tôt dans la politique en créant en décembre 1988, un mouvement politique dénommé Mouvement pour une Alternative Populaire (MAP). Il représentera ce parti politique à la Conférence des forces vives de la nation en février 1990. Après des études en philosophie, puis avec son doctorat en Sociologie obtenu en Allemagne, il signe son retour au bercail, puis, il a milité au sein de la société civile où il a contribué à faire le plaidoyer en faveur d’une meilleure gestion des affaires publiques. La qualité de ses actions et le sens élevé d’éthiques dont il faisait preuve ont vite attiré l’attention du président de la République d’alors, le général Mathieu Kérékou qui l’a d’abord désigné comme Directeur adjoint de campagne et son porte-parole lors des élections présidentielles de mars 2001. Il a été nommé successivement Ministre du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises puis Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche. Une nomination qui n’était pas passée inaperçue tant le récipiendaire était très jeune et de fait, l’un des plus jeunes ministres depuis 1972. Ce fut le véritable début de l’aventure politique du jeune leader.

Pêle-mêle, il a milité dans des regroupements politiques comme l’Alliance Force Clé où il avait comme camarade de lutte Eric Houndété, président du parti «Les Démocrates» (récemment élu lui aussi pour le compte de la 9e législature). En 2004, alors qu’il était Ministre de l’Agriculture, lui et les militants de son parti s’insurgent contre les différentes tentatives de révision de la Constitution béninoise visant à maintenir le président Mathieu Kérékou au pouvoir. Ce dernier, le sort de son gouvernement à la suite d’un remaniement en février 2005. Son parti le désigne pour être le candidat de Force Clé aux élections présidentielles de mars 2006. Il fait un score honorable en arrivant 6e après Boni Yayi, Adrien Houngbédji, Bruno Amoussou, Léhady Soglo et Kolawolé Idji. Il appela ses militants à voter pour le candidat Boni Yayi avec la phrase célèbre : « Le peuple s’est trompé mais le peuple est souverain, suivons le peuple ». En 2007, il est élu pour la deuxième fois député (dans la 24e circonscription électorale, département du Zou : son fief) avec trois autres militants de son parti à savoir : Éric Houndété, Désiré Vodonou, Judes Lodjou.

Malgré son appel à voter pour le candidat Yayi Boni en 2006, il est resté ferme à toutes les propositions du chantre du changement. N’étant pas d’accord avec la gestion du président Boni Yayi, il n’a pas hésité à rester égale à lui-même. Convaincu que la méthode de gestion Yayi va conduire le Bénin dans le mur, il a œuvré avec Force Clé à la création de l’Union fait la Nation qui portera la candidature de Me Adrien Houngbédji à la présidentielle de 2011. La défaite de son candidat ne l’a pas empêché de rester encore dans l’opposition.

Très attaché et fidèle à sa ligne directrice, il a été l’un des acteurs majeurs de la victoire de Patrice Talon en 2016.  Même si son passage à nouveau au poste du ministre du commerce a été de courte durée, l’homme demeure un des fidèles du président Talon. Homme de conviction, amoureux des débats d’idées, il est une référence pour beaucoup de jeunes qui rêvent de son art oratoire. Connu pour son fair-play, il est d’ores et déjà certains que Lazare Maurice Sèhouéto affrontera farouchement ses amis de l’opposition avec manière, sans écorcher les relations personnelles cordiales entre eux. 

Né en 1963, le fils de Zogbodomè n’a donc pas fini de faire parler de lui, la voie étant ouverte pour lui pour de plus grandes victoires politiques. « On commence sa vie avec des convictions. On la fait avec des principes ». Cette citation résume le fils de la 24ème circonscription électorale.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *