Lutte contre l’insécurité, les jeux de hasard et les filles de joie à Natitingou : Le commissaire Orou Yadissounon résolument engagé

 Lutte contre l’insécurité, les jeux de hasard et les filles de joie à Natitingou : Le commissaire Orou Yadissounon résolument engagé

Les communes de l’Atacora sont depuis quelques mois en proie à l’insécurité. Autrefois région de paix favorable au tourisme, elles sont aujourd’hui confrontées à l’extrémisme violent ou des attaques perpétrées s’opèrent contre les populations et des unités de force de l’ordre et de défense. De ce fait, le commissaire central de Natitingou, le commissaire de deuxième classe Orou Simin Sé Yadissounon prend les choses au sérieux afin de réduire le risque d’attaques terroristes dans la ville de Natitingou.

Le quartier Yokossi dans le premier arrondissement, réputé comme étant «Jonquet» de Natitingou, avec la plus vieille buvette de la ville, regorge un nombre impressionnant de prostituées. Vingt-deux filles de nationalité étrangères et sans identité sont hébergés dans le bar pour accueillir des individus dont l’objectif premier serait de satisfaire leur libido. La police républicaine dans sa lutte implacable contre l’insécurité a procédé à l’assainissement de ce milieu reconnu être dangereux dans la ville de Natitingou. Dans son approche, les filles et le promoteur du bar ont été écoutés sur convocation par la police républicaine. Une démarche pédagogique qui a permis au nouveau commissaire central de Natitingou d’être ferme sur la nécessité d’avoir un registre des filles travailleuses de sexe qui y résident, et les clients qui les fréquentent. Cela pourrait faciliter les enquêtes en cas de besoin. Un ultimatum de cinq jours a été donné pour se faire établir des pièces d’identité et se faire ensuite enregistrer à la mairie de Natitingou.

Les machines à sous, une autre source d’insécurité…

La prolifération des machines à sous à Natitingou devient un nouveau fléau de plus en plus inquiétant. Presque toutes les buvettes et bistros en possèdent et les adeptes de ces jeux de hasard se font dépouiller tous les jours. Ce qui appauvrit les citoyens et augmente le risque de vol dans la ville au détriment des détenteurs des machines à sous et promoteur des buvettes. Et c’est pour pallier à cela, que le nouveau commissaire central de Natitingou, dans une opération d’assainissement sécuritaire, a procédé à la saisie de plusieurs machines à sous. Une opération salutaire qui mérite l’accompagnement des élus, afin de venir à bout de ce nouveau fléau à l’image de l’alcool frelaté. Selon le décret 2011/324 du 02 avril 2011, l’exclusivité des jeux de hasard, d’argent et de pari est réservée à la loterie Nationale du Benin. Cependant, certaines entreprises privées opèrent dans le domaine, sous condition de la signature d’un contrat d’agrément avec l’Etat béninois. Ainsi, ces opérateurs versent à l’Etat une redevance annuelle de vingt millions de FCFA. Ce qui est loin d’être le cas des détenteurs de ces machines à Natitingou.

Emmanuel KOUAGOU (Coll)

Articles similaires