Journée de salubrité dans le 3e arrondissement de Cotonou: La Jci Cotonou Espoir pour un environnement sain et propre

 Journée de salubrité dans le 3e arrondissement de Cotonou: La Jci Cotonou Espoir pour un environnement sain et propre

A l’occasion de la Journée internationale de la femme (Jif), les membres de la Jeune chambre internationale (Jci) Cotonou Espoir étaient dans le quartier Midombo du 3e arrondissement de Cotonou pour une campagne de salubrité. Une activité qui a eu le soutien de la population et l’accompagnement du chef du 3e arrondissement de Cotonou.

Un corps propre dans un environnement propre. La Jci Cotonou Espoir milite pour l’assainissement du cadre de vie des populations. C’est ce qui justifie sa sortie dans les ruelles de Midombo pour donner le bon exemple avec des coups de balai, de coupe-coupe, et de houe. Dans leur périple, la Jci Cotonou Espoir a été accompagnée, non seulement par les populations sorties massivement, mais aussi, a eu du soutien avec l’engin de la Société de gestion des déchets et de la salubrité urbaine du Grand Nokoué (Sgds-GN). «Aujourd’hui, notre quartier Midombo dégage une autre image. Les rues sont propres», s’est réjoui Romaric Boco, président de l’Ong One Bénin Fiesta. Pour lui, c’est une très bonne action qu’il faut saluer et encourager. «Je félicite la Jci Cotonou Espoir pour ses actions et surtout pour avoir pensé à Midombo», a-t-il ajouté.

gasquiyani.info

Pour Omer Cyrille Adétonan, Chef du 3e arrondissement, il faut accélérer la salubrité dans la ville de Cotonou. «Il nous faut organiser au moins une ou deux fois la campagne de salubrité. Nous allons rendre propre les 13 quartiers du 3e arrondissement», dira-t-il avant de saluer les populations qui étaient sorties massivement pour accompagner l’initiative.

«C’est une satisfaction totale pour nous. (…) On a vu que la population est sortie pour nous accompagner. On a vu l’engouement qu’elle avait et elle a compris l’initiative», a reconnu Roland Raoul Dagoli, président de la Jci Cotonou Espoir. A l’en croire, leur souhait serait de rendre cette activité pérenne et que dans l’arrondissement, ils puissent avoir un jour de façon spontanée pour balayer les ruelles. «C’est notre souhait et nous pensons qu’ils pourront rendre cette activité pérenne de par la volonté manifeste dont ils ont fait preuve aujourd’hui», a-t-il indiqué.

Patrice ADJAHO

5 vues

Articles similaires