Inauguration du Centre International de Formation en Pétanque (CIFOP) : Le joyau qui manquait

 Inauguration du Centre International de Formation en Pétanque (CIFOP) : Le joyau qui manquait

Les amoureux des sports boules peuvent désormais s’enorgueillir. Le Bénin dispose du tout premier Centre International de Formation en Pétanque (CIFOP) au monde. L’inauguration de ce joyau, œuvre de l’honorable Gilbert Bagana, a été effectuée par le Ministre des Sports, Oswald Homeky et le président de la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal.

Après deux ans de travaux rondement menés malgré la situation pandémique, le Centre International de Formation en Pétanque, tout premier chef d’œuvre des sports boules au monde est maintenant une réalité au Bénin. Le magnifique édifice, situé à Djadjo dans la commune d’Abomey-Calavi et bâti sur une superficie de 1500 m2, initiative personnelle de l’honorable Gilbert Bagana est désormais disponible pour les  passionnés du fer rond.

Composée d’un dispositif technique pour former les jeunes et préparer les joueurs confirmés, des terrains de jeu qui sont aux normes internationales, d’un cadre pour les formations théoriques (des salles), d’une tribune des arbitres, d’un compartiment servant de lieu de conclave pour les arbitres, d’une cantine, d’un parking et des chambres d’hébergement de joueurs et stagiaires ( et autres sont en construction), cette nouvelle infrastructure vient satisfaire à des besoins exprimés par les pratiquants de cette discipline sportive à l’occasion de multiples consultations et échanges auprès, notamment, de la Fédération Béninoise de Pétanque et le Ministère des Sports impliqués dans  la construction et l’utilisation de ce centre sportif dédié exclusivement aux sports boules. « C’est d’abord ma passion pour cette discipline. Quand j’ai commencé, j’ai constaté que la pétanque était un jeu de challenge. Et ça t’encourage à être régulier au sport. Et après, j’ai rencontré Guy Tronou, le Directeur technique national. Il lui a dit qu’en tant qu’autorité politico administrative, il a remarqué que cette discipline qui est intéressante, se pratique dans les rues, dans les Vons. Et il a émis l’idée de créer un petit cadre pour pratiquer ce sport. C’est de cette petite idée qu’est né le centre », a confié le promoteur du CIFOP, Gilbert Bagana. Il dit être incapable d’évaluer le coût mais relève qu’il a eu des apports d’autres personnes tout en rappelant que cette discipline est praticable à tous les âges. « Donc, le centre est ouvert aux personnes âgés voulant pratiquer cette discipline pour maintenir la forme. C’est aussi ouvert aux jeunes Béninois ou africains désireux faire une carrière professionnelle dans ce sport », a-t-il fait savoir tout en remerciant le gouvernement béninois à travers le ministre des sports. « Avec les réformes entreprises par le gouvernement béninois dans le domaine du sport à travers le ministère des sports, il est de notre devoir d’y accompagner pour des résultats satisfaisants. Merci à l’homme de vision, le chef de l’Etat, Patrice Talon ».  « Nous sommes honorés et émerveillés. Nous promettons d’être toujours à vos côtés pour la réussite totale de ce centre qui est désormais le nôtre », a laissé entendre le Secrétaire Général de la Fédération Béninoise de Pétanque, Casimir Djossou.

Claude Azéma émerveillé

A en croire le président de la Fédération Internationale de Pétanque et Jeu Provençal, c’est la seule infrastructure au monde de ce genre. « Ce site, je l’ai connu par hasard. C’est Guy Tronou qui m’y a amené l’année dernière et j’ai découvert ça en construction. Et j’ai dit que c’est quelque chose d’exceptionnelle. Et le voir avancer comme ça, pas totalement fini mais en état fonctionnel, je peux vous dire que c’est la seule infrastructure au monde de ce genre. Il n’y a que la Thaïlande qui commence à faire un endroit qui servira à la fois de salle de réunion, de concours de pétanque et de formation », a-t-il martelé.

Satisfaction du Ministre des sports

« Je suis en visite de reconnaissance. Je suis venu reconnaitre l’effort de ce grand homme, l’honorable Gilbert Bagana. Je suis venu reconnaitre l’effort de tous ceux qui ont travaillé pour faire vivre ce sport au Bénin », dira le ministre des Sports, Oswald Homeky. Il a rappelé qu’au moment où les Écureuils boulistes ont réalisé l’exploit d’être les vice-champions du monde en éliminant les grands pays de la pétanque, il n’existait au Bénin, aucun boulodrome. « D’ailleurs, il n’existe pas encore un boulodrome aux normes internationales au Bénin. Quand on est dans un pays où par la simple expression de la passion, des personnes peuvent aimer une discipline, la pratiquer, compétir au plan national, au plan continental et aller décrocher des titres aussi importants au plan international, on se doit en tant que gouvernant de les accompagner. C’est pour cette raison qu’il y a eu une augmentation importante de la subvention de l’Etat. Il relève que par rapport à tous ceux que les boulistes réalisent, le gouvernement n’est pas encore au niveau qu’il souhaite être avec ce sport ».

Il a souligné que le Bénin aura l’un des plus beaux équipements au monde pour la pratique du sport boule. « Et je peux vous dire que le projet qui est en cours sur la route des pêches pour lequel le chef de l’Etat lui-même s’est déplacé pour aller attribuer le site pour lequel la Fédération internationale nous a recommandé un architecte avec lequel le Bénin est entré en contrat, et qui aujourd’hui en phase d’avant-projet détaillé, sera l’un des plus beaux équipements sur la carte mondiale du sport boule. C’est pour cette raison je voudrais encore, au nom du gouvernement, remercier et féliciter notre frère et ami l’honorable Gilbert Bagana et tous ceux qui le soutiennent et l’accompagnent ». Pour le patron des sports béninois, ce joyau va régler beaucoup de problème. « La marche vers la professionnalisation ce n’est pas une improvisation. Il y a des étapes et ce qui se passe ici, c’est l’une des étapes. Créer un centre où on peut former aussi bien les sportifs, que les encadreurs et ceux qui ont la responsabilité de l’administration de la discipline, c’est une étape obligatoire pour aller au professionnalisme. Nous n’avons pas les moyens ou la prétention de tout professionnaliser le même jour. Mais pas à pas, jour après jours, discipline après discipline, nous espérons conduire le pays à la professionnalisation intégrale du sport. Je veux encore vous remercier parce que vous avez encore eu le génie d’aller chercher directement un bon partenariat », se convint-il.

A noter que le Centre International de Formation en Pétanque (CIFOP) a signé un partenariat avec le Centre International d’Enseignement de Pétanque basé à Sergines en France, crée par l’un des meilleurs formateurs au monde, Claude Raluy.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires