Corruption lors des examens et concours : Salimane Karimou menace

 Corruption lors des examens et concours : Salimane Karimou menace

Le Ministre des enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, est remonté, très remonté. Il s’indigne de certaines pratiques esclavagistes et corruptives qui ont droit de cité au cours des examens de fin d’année scolaire. Il l’a fait savoir par une note circulaire.

Lors des examens de fin d’année scolaire, ce ne sont pas seulement les candidats qui sont stressés. Des surveillants et correcteurs des épreuves  le sont, aussi. Tels des esclaves qui battent et amassent le blé pour les greniers de leurs maîtres, ils passent leurs temps debout à surveiller les candidats ou à corriger les épreuves, presque pour des miettes. Ce sont leurs «parrains» qui les escroquent, et prennent tout au bout du rouleau. Ces supposés patrons d’esclaves ne sont autres que des autorités à en croire le ministre. «Au niveau de certaines directions curieusement, ce sont des responsables garants de la lutte contre cette forme d’escroquerie qui s’illustrent négativement, en exigeant des taux exorbitant pouvant aller jusqu’à 50% sur le montant à percevoir par tout surveillant ou correcteur inscrit dans leur collimateur», déplore la note du Ministre Salimane Karimou. Les surveillants ou correcteurs (rebelles) qui s’obstinent à ne pas donner ces rétro-commissions appelées «dot» dans ce couvent sont menacés d’exclusion du système en dépit de leurs qualités, a-t-il mentionné.

Face à cette pratique d’une autre époque, Salimane Karimou, a réaffirmé de la fermeté. «Toute personne, quel que soit son rang social ou professionnel et son degré d’implication comme corrompu ou corrupteur sera poursuivi pour sa responsabilité personnelle et punie avec la dernière rigueur», a menacé le Ministre des enseignants maternel et primaire, dans sa note circulaire.

Articles similaires