Construction des toilettes respectueuses dans les écoles et établissements scolaires: Une urgence

 Construction des toilettes respectueuses dans les écoles et établissements scolaires: Une urgence

Dans les écoles et établissent scolaires, les WC traditionnels devraient être interdits pour préserver l’hygiène et la santé des enfants.

Quelle que soit la classe sociale, à laquelle on appartient, on ne peut éviter de faire un détour par les toilettes. Pour plusieurs personnes vivant dans de bonnes conditions, ce rituel peut être l’un des plus plaisants. Certains y emportent un livre pour y lire, d’autres passent ce temps pour réfléchir et finaliser le programme de leur journée ou juste méditer tout en se soulageant.

Mais, pour de nombreux élèves, aller au WC, c’est accepter de vivre un moment d’enfer. Dans le meilleur des cas, cela implique de respirer une odeur pestilentielle et d’affronter mouches et moustiques. La situation devient franchement invivable lorsque le trou qui tient lieu de WC est rempli d’excréments et parfois d’eau. Parfois même ces derniers badigeonnent les abords, là où le visiteur est sensé poser ses pieds. Non seulement l’aspect visuel est des plus insupportables, les asticots se baladent partout et il n’est pas rare que l’eau chargée d’excréments éclabousse la personne qui s’y soulage. 

Très peu sont les Béninois qui ne s’y sont jamais rendus pour se soulager. Pour ceux qui ne les ont jamais utilisées, ces toilettes consistent un trou creusé à même le sol et couvert par une dalle. À Cotonou, le fond et les parois sont faits de briques en ciment mais même avec cette précaution, il arrive que la dalle s’effondre, envoyant le malchanceux qui s’y trouve se baigner dans les excréments.

Au-delà de ces désagréments que subissent les apprenants, les toilettes traditionnelles sont une menace à la santé publique. Il n’est pas exagéré d’affirmer que la plupart de ces lieux de transmission du savoir ne possèdent que ce genre d’infrastructure. « Quand on parle d’hygiène par défaut, c’est beaucoup de moyens humains et financiers. Les subventions octroyées aux administrations de ces établissements scolaires ne permettent souvent pas à recruter une structure ayant tous les démembrements de contrôle et matériels pour se charger de l’entretien. Ce sont souvent les écoliers/élèves même qui se chargent de l’entretien de certains lieux avec leur propre moyen », a écrit Rony K. sur la page Facebook de l’Ortb. Gabriel Adanhou, abonde dans le même sens en indiquant que la situation actuelle est une préoccupation majeure qui « interpelle plus d’un à l’adoption des comportements et pratiques hygiéniques ».Charline Agossou propose que l’Etat  recrute « les agents formés dans ce domaine pour assurer l’hygiène des établissements scolaires et ainsi aider les jeunes générations à avoir le sens de la propreté ».

Mais au-delà de ces drames individuels, ces toilettes sont souvent poreuses, ce qui pollue la nappe phréatique. Cela est d’autant plus vrai par exemple à Cotonou que l’eau se trouve à quelques mètres de la surface. Par ailleurs, en saisons de pluies, beaucoup de ces lieux du savoir de la capitale économique se retrouvent inondées. Souvent alors, les eaux de ruissellement rejoignent les déchets des toilettes traditionnelles et  ce mélange surnage. Conséquence, l’ensemble de la population, court le risque d’attraper des maladies de toutes sortes. Cela explique en partie des cas d’épidémies de choléra et autres qui font régulièrement irruption dans les villes béninoises.

Un pays qui aspire à la modernité et tient à promouvoir la santé de ses habitants ne saurait plus longtemps tolérer ces infrastructures d’un autre temps. Si celles-ci perdurent, en réalité, c’est parce que les décideurs, dont la plupart sont passés par là ne pensent plus qu’elles existent, vivant désormais dans un autre cadre. Mais, au Bénin, un taudis n’est jamais loin d’une villa ultramoderne. Riches ou pauvres, tous courent donc les mêmes risques.

Lorsque la question de l’interdiction des WC traditionnels est évoquée, certains brandissent l’argument de manque de moyens pour justifier leur maintien. Mais en réalité, il ne s’agit là que d’un alibi. L’Etat doit veiller désormais à l’installation des toilettes respectueuses.

Damien TOLOMISSI

Articles similaires