Campagne de commercialisation du soja : La deuxième édition officiellement lancée

 Campagne de commercialisation du soja : La deuxième édition officiellement lancée

gaskiyani com

La commune de Djougou dans le Département de la Donga a abrité le jeudi 19 novembre 2020, le lancement officiel de la campagne de commercialisation du soja au titre de la saison 2020-2021. Une cérémonie co-présidée par la Ministre de l’Industrie et du Commerce et son collègue de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.

Tout en souhaitant la bienvenue aux différents invités au nom du Maire, le Premier Adjoint au Maire, Amadou Djibril a exprimé toute la gratitude du conseil communal pour le choix porté sur la commune de Djougou pour abriter cette cérémonie. Eliassou AININ BIAO, Préfet de la Donga abondé dans le même sens en soulignant que ce choix est « un signe d’encouragement aux producteurs à augmenter la production de Soja »

Prenant la parole, le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a évoqué la place qu’occupe cette filière. « La filière soja occupe une place prépondérante dans les activités culturales, artisanales, industrielles et commerciales de notre pays » a déclaré Gaston DOSSOUHOUI. C’est ce qui témoigne l’importance que le gouvernement de son excellence le Président Patrice Talon accorde à la promotion et au développement des divers maillons de cette filière en la dotant conséquemment d’un programme national de développement. Il ajoute que cette filière connaît une très bonne ascension en matière de production. « De 110 000 tonnes en 2016 elle est passée à 165 000 tonnes en 2018-2019  pour caracoler aujourd’hui à 257 000 tonnes en 2019-2020 » a précisé le ministre de l’agriculture.

Malgré cette production, la filière soja connait des contraintes qui entravent son développement. Il s’agit notamment de la faible organisation des acteurs, du faible niveau de mécanisation des opérations de préparation de sol et de semi, du faible niveau d’équipements pour la récolte et les opérations post récolte. Ainsi pour lever ces contraintes, il sera question de la mise en œuvre du programme national de la filière soja élaboré dans une approche très inclusive avec des acteurs qui sont très indispensables à la chaine.

Ceci à travers l’accroissement de  la production du soja par l’amélioration des rendements et de la transformation d’au moins 50% de cette production nationale dans les années à venir pour booster davantage sa contribution à l’économie nationale. Pour y parvenir, un accent particulier a été mis sur  « l’amélioration de l’accessibilité et de la disponibilité de semence de qualité aux producteurs, et, l’illoculum qui est une technologie innovante qui permet de doubler simplement sans aucun autre effort le rendement au champ » a laissé entendre le Ministre Gaston DOSSOUHOUI.

Pour la Ministre du Commerce et de l’Industrie,  ASSOUMAN Shadiya Alimatou, la filière soja est une filière émergente ». Car en plus de sa contribution à la résolution des problèmes d’alimentation et de nutrition des populations, « le soja permet d’améliorer les revenus des producteurs et surtout ceux des femmes  qui s’adonnent à la transformation », a-t-elle indiqué.

D’après la Ministre de l’Industrie et du Commerce, le Bénin pour la campagne de commercialisation 2019-2020 avait projeté une production de 257 000 tonnes de soja. « A l’arrivée 266 000 tonnes ont été exportés vers les pays de l’Asie de l’Europe et de l’Amérique » a-t-elle expliqué. Quant au prix pratiqué au cours de cette campagne, ils ont évolué de « 180 f à 210f par kilogramme du lancement de la campagne en décembre 2019 à cause de la pandémie du coronavirus avant de remonter à 260f vers la fin de la campagne » clarifie la ministre ASSOUMAN Shadiya Alimatou,

 Outres ces prouesses, des défis restent encore à relever pour le développement de cette filière entre autres l’implication dans les opérations de commercialisation d’acteurs non qualifiés, le démarrage précoce de la campagne de commercialisation mettant sur le marché des produits ne répondant pas aux normes de qualités, la détérioration de la qualité et du label bénin aux yeux de nos partenaires exportateurs, le mélange de corps étrangers par des individus véreux à la recherche du gain facile, la faible organisation de nos ventes.

Pour une première année de mise en œuvre du protocole d’Accord entre le Bénin et la Chine pour l’exportation du soja, seulement « 10 000 tonnes ont été exportés vers la Chine soit 3,8% des exportations » affirme Mme ASSOUMAN Shadiya Alimatou. A en croire la ministre, le faible niveau des exportations vers ce pays s’explique en partie par la non satisfaction des critères de qualité du soja expédié vers la Chine. C’est pourquoi la ministre invite tous les acteurs de la chaîne d’exportation à redoubler de vigilance pour garantir des produits de bonne qualité pour la vente à l’extérieur. Le conseil des ministres a adopté en sa séance du 11 novembre 2020, les conditions de déroulement de la campagne de commercialisation du soja 2020-2021.

Ainsi, le prix plancher est à 175 FCFA et la campagne est prévue pour se tenir du 19 novembre 2020 au 30 juin 2021. « C’est dans l’espoir d’un lendemain meilleur pour l’ensemble des acteurs de la filière soja que je déclare officiellement ouverte la campagne de commercialisation 2020-2021 du soja » a-t-elle conclu.

Bachir ISSA

2 vues

Articles similaires