Benin – Nigeria, le derby de la vérité

 Benin – Nigeria, le derby de la vérité

« Michel Dussuyer, quel plan comptez-vous mettre en place samedi prochain ? Est ce qu’on sera ambitieux dans le jeu ou une fois encore on va garer le bus ?  ». La préoccupation d’un confrère en conférence de presse lundi 22 mars 2021 qui a provoqué au mieux des rires impudiques, sinon des murmures assez audibles pour percevoir le concert de quelques lèvres entrouvertes qui laissent entendre  « toi même tu sais déjà !  » « Il ne faut pas oublier d’où on vient  » clame Michel Dussuyer qui sans rentrer dans une explication tactico-tactique a fait comprendre que le Benin va jouer avec ses forces. Et l’une des forces du Benin, c’est cette organisation défensive, l’une des meilleures du moment sur le continent et qui a donné une petite réputation aux Ecureuils à la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Mais entre la CAN 2019 et aujourd’hui, des bouleversements certains se sont opérés. A commencer par le poste de gardien de but. Si hier Fabien Farnolle et Saturnin Allagbe affichaient des performances certaines en club, au point d’engendrer une émulation, aujourd’hui, la donne a bien changé. L’un a connu une mauvaise période, la faute à une vilaine blessure. Ressuscité en Éthiopie il y a juste quelques jours. L’autre a découvert les exigences de la ligue 1 française et depuis cramponné à un poste de deuxième gardien. Une donnée est donc inexistante au poste de dernier rempart : le rythme. Ce qui rend l’équation bien plus complexe. Michel Dussuyer a toujours fait savoir à qui veut l’entendre sa hiérarchie dans ce secteur de jeu. Reste à savoir si sa conception des choses va demeurer immuable.

Le patron de la défense Abdoul Khaled Adenon, même s’il serait ingrat et malencontreux de douter de ses aptitudes, il est tout de même légitime de reconnaître que le maestro prend de l’âge (35ans) et joue désormais à un niveau inférieur (Us Avranches, 3eme division en France). Quand on sait que les adversaires du jour vont s’appeler Chukweze, Ihenacho, Iwobi, Kalu ou encore Oshimen, il y a lieu d’être prudent. Non pas d’avoir peur. Mais sans doute, quand le jeu sera élevé au niveau “champion’s league ” combien seront-ils à pouvoir tenir le rythme dans la défense (Probablement Adenon- hountondji-Roche-Assogba et Kiki) ? En l’absence de Verdon (bloqué par son club Ludogorets) la défense offre un peu moins de consistance.

L’équation Sessegnon

Jouera ou jouera-t-il pas ? Sept (7) mois que le capitaine des Ecureuils n’a plus fait d’apparition dans un match. Il est d’ailleurs sans club depuis la rupture de son contrat avec Gençlerbirligi en Août 2020. Quel sera le rôle de “l’invité spécial” du sélectionneur national ? Aura-t-il du temps de jeu ? « Cela dépendra de ses sensations et de la semaine de préparation» s’est expliqué Michel Dussuyer, très évasif sur la question. La présence sur le terrain de l’ancien meneur parisien apparaît avec bien plus d’interrogations, que de certitudes. Autrefois, si sa titularisation paraît une lapalissade, cette conception est désormais à des années lumières de la réalité. L’état de forme de Diego pourri (unique buteur côté Benin au match aller) n’est certainement pas des plus rassurants. Le technicien azuréen va-t-il tenter le diable quitte à le vaincre ou périr ? Car si ça passe avec Sessegnon, il recevra les lauriers. Le versant de la pièce sera alors très acerbe et mal vu. Son remplaçant numéraire et plus ou moins technique, Cebio Soukou, lui non plus n’affiche pas la forme de sa vie. Absent depuis plusieurs semaines de l’effectif de Arminia Bielefeld, il a enchaîné les infortunes et revient peu à peu. Ça sera peut-être un peu trop limite.

Le TGV, lancé à pleine vitesse

Dans ce brouillard manifeste, les espoirs et espérances vont certainement se reposer sur le pied droit, l’explosivité et l’état de forme exceptionnel de Jodel Dossou. L’ailier auvergnat affiche des statistiques alléchantes : 11 buts et 2 passes décisives avec son club, le Clermont foot. Dans cette campagne d’éliminatoires, il a porté à lui seul le Benin à plusieurs reprises, unique buteur face à la Sierra Leone et au Lesotho, et passeur face au Nigeria au match aller. 2 buts et une passe décisive et 4 matches, il est sans ambages l’atout offensif numéro 1 aujourd’hui des Ecureuils. Le TGV est lancé à pleine vitesse. Son prochain arrêt à la gare face au Nigeria va peut-être encore faire des dégâts. Qui sait !

8 ans d’invincibilité

Les super Eagles ont les faveurs des pronostics, c’est une certitude. Sauf qu’à domicile, les Ecureuils sont devenus redoutables. Le Bénin n’a plus perdu sur ses installations depuis 8 ans. La dernière défaite des Ecureuils à domicile remonte au 09 juin 2013 contre l’Algérie. Ils avaient perdu 3 buts à 1, justement au stade Charles de gaulle de Porto Novo. Et depuis, malgré la réception des gros comme le Mali, le Burkina Faso, l’Algérie, la Guinée Equatoriale et le Togo entre autres, le Bénin n’a plus courbé l’échine au pays. C’est donc une invincibilité de 16 matches à domicile qui se joue face au voisin de l’est. Un test grandeur nature. Celui de la vérité. Il faut pouvoir être résilient à l’image de l’économie béninoise restée sur les rails malgré la fermeture unilatérale de la frontière du fameux voisin de l’Est. Un drapeau tricolore battu par le vent mais toujours arrimé à son mat.  Et bien plus que par la tactique, ce match va se jouer au mental, à la détermination, la combativité et au sacrifice. Toute chose que ces Ecureuils version Dussuyer 2 savent si bien faire. Un état d’esprit insufflé par l’ancien gardien de l’as Cannes et qui a lieu une fois encore d’être réitéré.  « 90 minutes, c’est rien dans une vie » dira Olivier Verdon.

Robert KEKELY

Voici la liste complète :

Gardiens : FARNOLLE Fabien, ALLAGBE Saturnin, DANDJINOU Marcel.

Défenseurs : ADENON Abdoul Khaled, ASSOGBA Youssouf, HOUNTONDJI Cedric, SEIDOU Bazazé, IMOROU Emmanuel, KIKI David, Yohan ROCHE, Moïse ADILEHOU

Milieux : ADEOTI Jordan, D’ALMEIDA Sessi, KOSSI Rodrigue, Jérôme Bonou, TIDJANI Anaane, AHLINVI Mattéo

Attaquants : DOSSOU Jodel, MOUNIE Steve, POTE Mickaël, Jacques BESSAN, KOUKPO Marcellin, Cebio SOUKOU.

Invité de marque : Stéphane Sessegnon

237 vues

Articles similaires