Après avoir détourné les fonds publics : Voici où ils cachent l’argent volé

 Après avoir détourné les fonds publics : Voici où ils cachent l’argent volé

Le détournement des deniers publics a franchi un nouveau pas avec la découverte de comptes cachés dans des paradis fiscaux. En effet, la Centif a réussi à démasquer 87 fonctionnaires qui ont détourné des sommes dont le montant a été évalué à environ 200 milliards de francs CFA. Cet argent a été placé dans des pays réputés recueillir l’argent d’origine parfois douteuse.

Auparavant, les fonctionnaires béninois qui subtilisent l’argent de l’Etat l’investissaient dans l’immobilier ou dans diverses activités à l’intérieur même du territoire ou parfois dans les pays de la sous-région.

Qui sont ces paradis fiscaux et pourquoi beaucoup de riches et de criminels en cols blancs y affluent ?

Localisés un peu partout dans le monde, les paradis fiscaux sont des pays et territoires qui ont poussé loin l’art d’attirer les flux financiers. Peu importe l’origine de l’argent, le propriétaire a la garantie de ne pas être inquiété s’il y ouvre un compte bancaire. Pendant longtemps, les regards ont été tournés vers la Suisse où des chefs d’Etat et des politiciens africains transféraient les fonds publics qu’ils ont indûment fait décaisser. Mais avec le temps et à mesure que des pressions ont commencé à être exercés sur ce pays européen, d’autres paradis fiscaux sont entrés en jeu.

Certains de ces pays se trouvent en Afrique à l’instar du Botswana, du Lesotho aujourd’hui connu sous le nom de Eswatini et des Seychelles. Certains membres de l’Union européenne  qui luttent contre ces paradis fiscaux sont pourtant eux-aussi sur la liste de ces pays dont ils combattent les politiques fiscales. C’est le cas de l’Irlande (siège européen de Google), du Luxembourg, Pays Bas et bien d’autres.

Mais la plupart des paradis fiscaux sont localisés sur le continent américain où les plus connus sont Panama en Amérique Centrale mais aussi des îles Caraïbes. Ici, on peut citer pêle-mêle les Bahamas, la Barbade, la Dominique, Trinidad et Tobago, etc. Certains Etats des Etats-Unis ont eux aussi adopté des législations qui font d’eux des paradis fiscaux. Il s’agit notamment du Dakota du Sud et du Delaware.

En Asie Singapour, Hong Kong, certaines monarchies du Golfe comme le Qatar et les Emirats Arabes Unis sont connus pour héberger des comptes secrets.

Bien plus loin, dans l’Océan Pacifique se trouvent de petits territoires aujourd’hui riches parce qu’ayant su attirer l’argent que certains veulent cacher. Les Iles Fidji, Guam, Vanuatu… leurs noms évoquent souvent peu de chose lorsqu’on les entend car insignifiants tant de par la taille de leur territoire que par le nombre d’habitants.

Paradis fiscaux synonyme de beaucoup de clients

S’ils sont si nombreux, c’est que les paradis fiscaux ont beaucoup de clients. Outre les politiciens  africains, plusieurs autres agents publics ont commencé à percevoir tout le profit qu’ils peuvent tirer de leur existence, comme ces 87 Béninois qui ne sont autres que des fonctionnaires ordinaires. Pour leur part, les riches des pays européens ont un faible pour ces pays non pas parce qu’ils ont détourné. Au contraire, ils ont souvent gagné leur argent le plus légalement possible. Mais les administrations fiscales les délestent d’une partie de leur richesse, ce qu’ils ont du mal à accepter, d’où leur attrait par les territoires leur donnant la possibilité de payer peu et parfois zéro impôt. Outre le secret bancaire total que ces derniers garantissent à leurs clients, le cheminement de l’argent sale pour atterrir dans les comptes bancaires est si tortueux qu’il est quasiment impossible de le reconstituer. En effet, l’argent transite souvent par des sociétés-écran et des prête-noms, ce qui brouille complètement les pistes. Mais aujourd’hui, grâce à l’inter connectivité entre tous les pays, la lumière commence à jaillir dans ce milieu où règne la loi de l’omerta.

Pierre MATCHOUDO

Articles similaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *