Vie des partis politiques : Que pèse le plus grand parti d’opposition ?

 Vie des partis politiques : Que pèse le plus grand parti d’opposition ?

FCBE

Les Forces Cauris pour un Bénin émergent étaient, il y a quelques années, la plus grande formation politique du Bénin avec 33 députés sur 83. Mais que pèsent-ils aujourd’hui ?

Pierre MATCHOUDO

Créé par l’ancien président Yayi Boni lorsqu’il était à la tête du pays, les FCBE ont eu tous les privilèges des partis au pouvoir. Les cadres de l’administration publique se bousculaient pour se mettre au premier rang, position qui était censée garantir la nomination à un poste politique. Le parti avait les moyens de sa politique et les campagnes électorales n’étaient pas un souci tant l’argent et la logistique étaient abondants. Aussi, les FCBE avaient-ils réussi à s’implanter dans les moindres recoins du pays.

Depuis 2016, la situation a changé. Malgré les moyens dont il bénéficiait et sa popularité, les Cauris n’ont pas pu hisser leur candidat au sommet de l’Etat. A la surprise générale, c’est Patrice Talon un opposant redouté qui connaissait bien le parti, qui s’est fait élire avec un score de plus de 65%. Sous d’autres cieux, cela aurait enclenché une cascade de démission des responsables de cette formation pour n’avoir pas été à la hauteur. Mais qu’à cela ne tienne. Les responsables au sommet ont décidé de se serrer les coudes en vue de la conquête du pouvoir. Pour mieux restructurer le parti Le Député de la sixième circonscription électorale, Valentin Djènontin a été élu secrétaire exécutif national à l’issue des travaux de leur deuxième congrès ordinaire tenu à Parakou en février 2018. Ce congrès fut une démonstration de ce que le parti était effectivement capable de regagner le terrain perdu et maintenir sa position de plus grand parti, ne serait-ce qu’à l’Assemblée nationale, en attendant la présidentielle de 2021.

Mais depuis, la situation a changé. Valentin Djènontin le secrétaire exécutif, Komi Koutché, le jocker et d’autres membres en vue du parti ont été contraints à l’exil pendant que certains se sont retrouvés en prison pour diverses raisons. Cette brèche a laissé d’infiltrer le virus de la division. Certains responsables restés sur place ont profité de cette situation pour modifier les statuts du parti.  Ce qui n’a pas été du goût d’une partie des militants, y compris le leader de cette formation, l’ancien président Yayi Boni.

Malgré cela, le parti tentait de rester un ensemble jusqu’à la veille des dernières élections communales qui ont vu son fondateur jeter l’éponge en pleine campagne. Yayi Boni avait tout simplement démissionné et interdit à quiconque d’utiliser son nom ou son aura pour rallier l’électorat. La conséquence a été immédiate. Les fidèles à l’ancien président ont eux aussi démissionné, ce qui a eu pour conséquence de démotiver les électeurs.

UPI-ONM

Les résultats des urnes ont révélé un parti en déroute, avec seulement 7 mairies contre 21 en 2015 sur les 77 communes que compte le Bénin. La création de la formation politique ‘Les Démocrates’ par les anciens camarades des FCBE devra sans doute accélérer la chute déjà vertigineuse de ce parti qui, aujourd’hui, a le statut officiel du plus grand parti d’opposition.

0 vues

Articles similaires