Rentrée scolaire 2020-2021 : Les aspirants pour l’amélioration de leurs conditions

 Rentrée scolaire 2020-2021 : Les aspirants pour l’amélioration de leurs conditions

Les aspirants au métier d’enseignant sont mécontents du traitement fait à leur endroit et plaident pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail à la veille de la rentrée scolaire 2020-2021.

P.A.

A travers le Conseil national des enseignants pré-insérés du Bénin (CoNEPIB) ils ont mené quelques démarches notamment une audience auprès du Directeur Général de l’ANaPES, jeudi 27 août 2020. A cette rencontre, le Dg a fait un bref historique de l’avènement de l’ANaPES afin de faire comprendre à ses hôtes la pertinence de son existence, son rôle avec les structures privées de placement pour le meilleur du secteur éducatif béninois. « Il ne s’agit pas d’une privatisation des établissements publics scolaires », souligne-t-il. Dans ses explications, l’autorité a levé un coin de voile sur le contenu du cahier de charges tel que défini avec les structures privées de placement. On retient quelques avancées mineures par rapport au traitement de l’année dernière. Ce sont notamment : la déclaration à la CNSS, la prime de zones déshérités qui va de 5 à 10% du salaire brut selon les départements (motivation des pré-insérés pour accepter y rester), la prise en charge sanitaire, etc.

En ce qui concerne les doléances, elles se portent entre autres sur le payement de 12 mois sur 12, le maintien des anciens pré-insérés à leur poste, le respect du calendrier de paiement, le déploiement des anciens admis de la base de données selon le besoin avant celui des admis au dernier test, le règlement de la question relative à l’enseignement de deux disciplines par un même enseignant pré-inséré, la non obligation aux pré-insérés de prendre des heures supplémentaires. A ces doléances, certaines qui relèvent de la compétence de l’autorité ont trouvé de réponse mais de façon insatisfaisante sur certains points aux yeux des représentants. D’autres doléances ne relèvent pas du pouvoir décisionnel du Dg de l’ANaPES, à l’entendre.  C’est le cas de la réintégration des omis des tests de 2018 et 2019, la révision du salaire à la hausse et l’insertion définitive. Le CoNEPIB tient à rassurer ses collègues pré-insérés de la continuité des actions jusqu’au bout.

1 vues

Articles similaires