Paris sportifs électroniques: Un couteau à double tranchant

 Paris sportifs électroniques: Un couteau à double tranchant

Au Bénin, une nouvelle tendance à faire fortune germe depuis un certain temps. Il s’agit des paris sportifs électroniques, une activité très prisée par toutes les couches de la société  et qui non seulement les génère des fonds mais aussi les dépoche.

Ayant pour principe de miser de l’argent en ligne sur des rencontres sportives, les paris sportifs peuvent être classés parmi les jeux de hasard prenant en compte un certain nombre de disciplines sportives dont le football, le basketball le tennis et bien d’autres. Les mises effectuées permettent au plus chanceux de remporter le gain. Quand au moins chanceux, c’est sans nul doute la déception mais une déception qui n’est que passagère car ces derniers reviennent de fort belle manière dans l’espérance d’emporter le gros lot.

Comme bon nombre de ces jeux de hasard, les perdants sont plus nombreux que ceux qui gagnent et donc, les avis divergent quand on les interroge. Junior S. est un instituteur, passionné de sport, il s’est mis au pas de ses parieurs et trouve que « c’est un jeu comme tout autre. Il faut non seulement être chanceux mais aussi stratège vu qu’en sport en général, les gagnants d’aujourd’hui peuvent être perdants demain ». Il profite pour évoquer ses expériences. « Je suis aussi un parieur et comme tous les autres je parviens à remporter les gains et aussi à perdre. J’avoue que mes pertes sont plus élevées que les gains. Mais cela n’émousse guère mon ardeur à continuer». Gustave, étudiant en sociologie à l’Université d’Abomey-Calavi trouve que les paris sportifs sont aujourd’hui l’un des chemins les plus empruntés par les jeunes pour se sortir de leur situation de précarité financière. Il s’explique en affirmant que « pour les jeunes plusieurs moyens peuvent les permettre de se faire de l’argent sans trop fournir d’effort ignorant que derrière toute activité non pénible il y’a un prix à payer. Si les jeunes vont vers ces jeux, c’est parce qu’ils trouvent, qu’ils peuvent se faire facilement de l’argent», explique-t-il tout en ajoutant « Quand on évalue les revenues de ces jeunes à travers ce jeu pendant un mois, on constate qu’ils dépensent le double de ce qu’ils misent. Ça c’est pour ce qui est des chanceux car il y en a même qui ne gagnent pas pendant tout un mois mais dépensent tout au moins 500f par semaine ce qui fait 2000f le mois (pour les petits parieurs) d’autres investissent beaucoup plus sans rien gagner en retour. C’est une véritable ruine », dénonce-t-il.

En parlant d’évaluation des revenus des parieurs, Jules O. un jeune nigérian vivant au Bénin, affirme qu’il faut miser gros pour gagner une somme. « Dans la semaine, je peux faire des mises de 1000F CFA voir 2000F CFA mais les week-ends au vu des rencontres sportives, je mise jusqu’à 20.000F CFA. J’avoue que le retour est considérable. Je gagne souvent des centaines de mille même si par moment ça rate », informe ce dernier. La frénésie des jeux de hasard gagne toutes les couches de la population, jeunes, personnes âgées peu importe le sexe. « Il n’y a pas de marge pour ces jeux, juste qu’il faut être âgé de plus de dix-huit ans. Je suis une femme et je joue, je ne suis pas la seule. Ce n’est pas interdit, je crois », laisse entendre Sylvia, revendeuse tout en ajoutant « Avec ce jeu, on dépense mais on a le retour de nos dépenses. Il faut bien faire ses choix peu importe le jeu. J’ai gagné jusqu’à deux millions ».

Le principe d’investir plus pour gagner davantage est du goût de bon nombre de parieurs qui entre passions et défis se jettent dans le vide espérant tomber sur un jackpot. De ces parieurs, certains vont jusqu’à investir des commissions dans le but d’empocher le gros lot. Ce qui devient un os dans leur gorge au cas où, ils n’ont pas gain de cause. Car ils ont tout le mal du monde à rembourser qui de droit.

A l’opposé de ces personnes qui se réjouissent des bienfaits de ces jeux et qui espèrent gagner plus, il y a ceux  qui n’y croient pas ou qui n’y croient plus. C’est le cas d’Éric qui pense que les jeux de hasard sont ‘’un mythe’’.  « Je ne suis pas séduit par ces jeux. Ceux qui jouent ont leurs raisons mais je n’ai pas d’explications », affirme-t-il.

 Les paris sportifs sont donc de véritables couteaux à double tranchant dont la plus dangereuse reste les pertes que cela engendre chez les amateurs.

Firmin KASSAGA

48 vues

Articles similaires