La Pentecôte : Que célèbrent les chrétiens pendant cette fête ?

 La Pentecôte : Que célèbrent les chrétiens pendant cette fête ?

Les catholiques célèbrent le dimanche 5 juin prochain, la fête de la Pentecôte au cours de laquelle les apôtres ont reçu le don de l’Esprit saint, cinquante jours après la résurrection du Christ.  Cette fête, la dernière célébration de la période Pascale qui dure sept semaines se décline en plusieurs dons, très importants dans la vie du chrétien.

Selon la croyance chrétienne, la Pentecôte célèbre le jour ou l’Esprit Saint est venu sur les apôtres et les disciples de Jésus et leur a permis de parler en différentes langues afin de partager la bonne nouvelle à propos de Jésus. Ce serait à ce moment précis que les fidèles comprennent qu’ils sont l’église de Jésus et prennent des dispositions pour aller porter sa parole à travers le monde. Ils se  séparent donc pour remplir leur mission. Cette fête est donc le couronnement et la clôture des sept semaines du temps Pascal. Cette fête n’a de sens et ne peut se comprendre qu’en lien avec la fête de Pâques et l’Ascension. Jésus meurt pour sauver les hommes le vendredi Saint, il ressuscite à Pâques, monte au ciel rejoindre son Père à l’Ascension et envoie son Esprit sur terre pour la Pentecôte. Elle est donc le couronnement de la clôture des sept semaines du temps Pascal.

Le vent et le feu

Le 50ème jour après Pâques, d’après le site  eglise.catholique.fr alors qu’une foule s’est rassemblée pour Chavouot (fête juive commémorant le don de la Loi à Moïse), les Apôtres, Marie et quelques proches entendent un bruit « pareil à celui d’un violent coup de vent » qui remplit la maison ; c’est un premier signe. Le deuxième signe ne se fait pas attendre : « une sorte de feu qui se partageait en langues et se posa sur chacun d’entre eux ». Et voici le troisième prodige : remplis de l’Esprit Saint, signifié par le vent et le feu, « ils se mirent à parler en d’autres langues ». La foule qui festoie est stupéfaite « parce que chacun d’eux les entendait parler sa propre langue ». À tel point que certains les croient « pleins de vin doux » (Ac 2, 1-14) !

Ainsi selon la même source, se réalise la promesse faite par le Christ aux apôtres au moment de son Ascension, une dizaine de jours plus tôt : « vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1, 8). En effet, les apôtres, ayant reçu la force de l’Esprit, ont alors le courage de sortir de la salle du Cénacle où ils étaient craintivement enfermés. Ils commencent aussitôt à témoigner de la résurrection du Christ, à faire connaître son enseignement et à baptiser. Lors de la Pentecôte, l’Eglise est constituée non par une volonté humaine, mais par la force de l’Esprit de Dieu. À la suite de cet événement, naissent les premières communautés chrétiennes qui se sont ensuite organisées, développées et propagées.

Quels sont les sept dons de l’Esprit saint ?

Dans une publication de aleteia.org, c’est le prophète Isaïe qui donne le détail de ces dons plus de sept siècles avant l’épisodede la Pentecôte : « Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur » (Is 11,1-2). Six dons au total, mais le dernier a été subdivisé en deux : la piété et la crainte de Dieu. Sept dons pour finir qui, selon le Catéchisme de l’église catholique viennent « soutenir la vie morale des chrétiens » et sont des « dispositions permanentes qui rendent l’homme docile à suivre les impulsions de l’Esprit saint ».

La crainte de Dieu (Ce don permet de lutter avec efficace contre l’orgueil — favorisé par « l’esprit d’indépendance et de fausse liberté » qui conduit l’homme à se considérer comme sa propre fin et le sépare de Dieu. Cette crainte n’est pas une « crainte servile », au contraire, elle devient « la source des sentiments les plus délicats » ; la Piété (Le don de piété est étroitement lié à celui de la crainte de Dieu. Le défaut qu’il cible en priorité est l’égoïsme. La piété, qui fait obstacle à la tentation de la froideur et de l’indifférence, inspire au cœur de l’homme des dispositions à la tendresse et au dévouement et lui permettent ainsi de rejoindre le projet d’amour de Dieu) ; la Connaissance (Le don de connaissance ou de science, permet à l’homme d’avoir accès à la vérité, et de saisir ainsi la volonté de Dieu, et de combattre le mal. Par la connaissance, les ténèbres se dissipent rendant ainsi plus aisé le rejet de l’erreur. « On voit chaque chose dans son véritable jour, qui est le jour de la foi ») ; la Force (Dieu sait que le parcours de l’homme est jalonné d’épreuves, de souffrances et de difficultés. Le don de force lui confère les ressources nécessaires pour les dépasser. L’Esprit saint se fait « principe d’énergie » pour barrer la route à la faiblesse et au renoncement. Il lui donne enfin la force de témoigner du Christ, même au milieu des loups) ; le Conseil (le don de conseil permet d’éclairer la force en permettant à l’homme d’entendre la voix du Saint-Esprit et de la laisser le guider. « Par le don de Conseil, l’Esprit saint agit sur notre intelligence, de même qu’il agit sur notre volonté par le don de Force », précise Don Guéranger), l’Intelligence (Le don d’intelligence est d’une nature différente des cinq précédents qui permettent de combattre les inclinaisons négatives de l’homme : l’intelligence permet de l’amener à la contemplation — cette relation intime entre Dieu et l’âme, dans le silence comme dans l’action — qui offre un avant-goût de la félicité céleste) ; et la Sagesse (Le don de sagesse est « supérieur » au don d’intelligence auquel il est étroitement lié. L’intelligence conduit à voir le bien que Dieu offre, mais la sagesse permet de le goûter ici-bas. « Cette précieuse Sagesse (…) révèle à l’âme la saveur de Dieu et de ce qui est de Dieu », précise Don Guéranger).

Si le chrétien, d’après les explications des saintes écritures, cultive avec soin ces sept dons de l’Esprit Saint qu’il reçoit lors de la Confirmation alors il pourra en cueillir les douze fruits à savoir la charité, la joie, la paix, la patience, la longanimité, la bonté, la bénignité, la mansuétude, la fidélité, la modestie, la continence et la chasteté ».

Véronique GBEWOLO (Stag)

Articles similaires