Echanges entre Gouvernement et Centrales syndicales: Pas d’avancée majeure, regard vers l’acte 3

 Echanges entre Gouvernement et Centrales syndicales: Pas d’avancée majeure, regard vers l’acte 3

Rencontre-Bio-Tchane-Syndicats

La deuxième journée de la session ordinaire au titre de 2020 de la Commission nationale de concertation et de négociation Gouvernement/Centrales et confédérations a eu lieu, mardi 22 septembre 2020 à l’Infosec de Cotonou. Sous la direction du Ministre d’Etat chargé du Plan et du développement (Mepd), Abdoulaye Bio Tchané, quatre points ont été inscrits à l’ordre du jour. Mais au finish, rien à se mettre sous la dent. 

Patrice ADJAHO

La Directrice générale du travail (Dgt) prenant la parole a présenté les doléances et le niveau de satisfaction, secteur par secteur. On dénote trente 37 points de doléances du secteur de l’enseignement en général, soit 14 points pour le primaire, 11  pour le secondaire et 13 pour le supérieur. La question de pénurie d’enseignant tant dans le secteur primaire que secondaire a été aussi évoquée. Il en ressort que l’état a dû recourir au recrutement d’enseignants aspirants aussi bien dans le primaire qu’au niveau du secondaire. Il faut signaler que l’Etat s’est engagé à poursuivre l’aspiranat au cours de cette année scolaire 2020-2021.

Quid de la suspension des formations

Pour le Ministre de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle, il n’y a pas dans l’enseignement secondaire un plan de formation. Ainsi tout enseignant recruté au sein de ce ministère dans un corps donné et dans une catégorie donnée finit malheureusement dans ce corps et dans cette catégorie. C’est pour corriger cette insuffisance que le ministère se prépare à élaborer le cadre organique qui constitue la  première étape obligatoire avant l’élaboration du plan de formation. Ainsi les enseignants recrutés dans une catégorie donnée pourront s’inscrire dans le plan et aller faire des formations complémentaires pour changer de corps et de catégorie.

Au sujet des contrats de travail des contractuels de 2014 et de 2016

Par contre, en ce qui concerne les contrats de travail des contractuels de 2014 et de 2016, le ministre a reconnu qu’il avait rencontré un peu de difficultés. A l’en croire, les agents avaient  signé un format de  contrat que le gouvernement a remis en cause et a sorti un autre format de contrat que les enseignants doivent signer. Dès la reprise, le ministère va s’atteler à cela.

Par ailleurs, le représentant du ministre de l’Economie et des finances, en la personne du Directeur Adjoint de Cabinet a expliqué que le gouvernement, dès son arrivé en 2016, a constaté des arriérés dus aux glissements catégoriels. Cette ardoise de l’ordre de soixante-dix milliards s’éponge au fur et à mesure que les ressources de l’Etat le permettent. En somme, il faut dire que rien de concret n’est sorti de cette deuxième rencontre des échanges et qu’un autre rendez-vous est pris pour l’acte 3.

0 vues

Articles similaires